Accueil ACTUALITÉS COMMUNIQUE DE PHILIPPE GOMES

COMMUNIQUE DE PHILIPPE GOMES

24 octobre 2011

L’audience du tribunal concernant l’affaire SPOT a été renvoyée au 28 mars 2012.

A cette occasion, je tiens à rappeler que, dans ce dossier, j’ai été entendu en qualité de « témoin assisté » par deux juges d’instruction différents : M. Ludovic FRIAT, le 27 mars 2008, et M. Serge DURAND, le 23 septembre 2009.

A la suite de ma deuxième audition en tant que « témoin assisté », le procureur de la République ordonnait au juge d’instruction de me mettre en examen.

Le juge rendait alors, le 26 octobre 2009, une ordonnance de refus de mise en examen.

Dans cette ordonnance, le juge d’instruction indiquait : « il ne nous paraît pas, en nous fondant sur notre intime conviction, qu’il existe des indice graves et concordants pour mettre en examen M. Philipe GOMES des chefs requis par M. Le procureur de la République ».

Le juge précisait également : « les procédure d’attribution des marchés ont été menées par Goro Nickel de manière transparente » et « les différentes décisions prises par M. Philippe GOMES sont sans lien avec l’attribution des marchés ».

Le juge concluait son ordonnance en affirmant que « le processus décisionnel comprenait trop d’aléas pour en déduire que la seule position de M. Philippe GOMES à la tête de la province Sud (…) ait pu lui permettre d’avoir une influence démontrable sur le processus d’attribution du marché des climatiseurs ».

Si je tiens à apporter ces précisions sur le déroulement de cette affaire, c’est pour rappeler que si je suis aujourd’hui déféré devant le tribunal ce n’est aucunement à l’initiative des deux juges d’instruction qui ont, quatre années durant, examiné de manière exhaustive ce dossier, mais à l’initiative du parquet.

Deux professionnels du droit – indépendants – ayant estimé au cours de la procédure qu’il n’y avait pas lieu de me mettre en examen, j’attends avec sérénité l’audience du 28 mars prochain.

À voir aussi :

LesEchos : En Nouvelle-Calédonie, le sort de l’usine de Vale en suspens

( 17 août 2017 ) Le devenir de l’usine métallurgique du géant brésilien ne tient plus qu’à…