Accueil ACTUALITÉS MINIMUM VIEILLESSE

MINIMUM VIEILLESSE

Le 12 septembre 2011, Calédonie Ensemble, reprenant le travail effectué par Philippe Dunoyer au sein du gouvernement Gomès, a déposé sur le bureau du congrès une proposition de loi du pays créant un minimum vieillesse garantissant à toutes les personnes âgées un complément de revenus jusqu’à 90 000 F/mois.

Pour lire le texte de la conférence de presse dans sa totalité, cliquez-ici.

Pour lire la proposition de loi du pays de CE créant le minimum vieillesse, cliquez-ici.

Retranscription du reportage de NC 1ère le 6 décembre, au sujet du minimum vieillesse:

Journaliste: Si le congrès valide le projet de loi du gouvernement sur le minimum vieillesse, désormais, personne en Nouvelle-Calédonie ne vivra avec moins de 80 000 francs par mois. Ce dispositif présente toutefois une contrainte: dix ans de résidence pour pouvoir en bénéficier.

Journaliste: 80 000 francs pour ceux qui n’ont jamais cotisé, 90 000 francs pour les autres, le minimum vieillesse tient en deux chiffres. Il s’accompagne aussi d’une durée de résidence, dix ans au moins. Cette condition fait débat. Exemple: cette lettre ouverte aux élus calédoniens, signée de l’ancien secrétaire général de la Fédération des fonctionnaires et cette petite phrase: si c’est plus de dix ans, on dira à l’étranger « Viens boire un café », si c’est moins « Passe ton chemin ».

Joao d’Almeida: Autant le corps électoral a été gelé pour des raisons préhistoriques de colonisation du peuple kanak, autant la protection de l’emploi local, c’est bien de la protection, autant là, dans le domaine social, c’est des mesure d’exclusion qui sont dignes des pires extrémismes de droite du monde entier. Donc moi, le pays dont je rêve n’est pas celui-là.

Journaliste: Pourquoi le gouvernement met-il la barre aussi haut? Pour des raisons budgétaires, dit-il, par crainte d’un afflux d’Océaniens.

Sonia Backes: Le risque, c’est qu’on a des situations bien évidemment un peu moins favorables dans les pays de la zone. Et le risque, si on laisse le dispositif à six mois, tel qu’il existe aujourd’hui, c’est d’avoir des arrivées massives de personnes qui pourraient demander à bénéficier du dispositif.

Journaliste: Calédonie Ensemble, auteur d’une proposition de loi avec 90 000 francs pour tous et six mois de résidence, réfute cet argument:

Philippe Dunoyer: D’abord, pour les étrangers, il faut pouvoir rentrer sur notre territoire, un visa et une autorisation de travail. Et s’agissant des nationaux, ils disposent, sur le territoire national, comme dans les départements d’Outre-mer, de mécanismes d’aides qui sont bien plus incitatifs et intéressants que celui que nous allons créer en Nouvelle-Calédonie, avec un coût de la vie qui est bien moins cher que celui de la Nouvelle-Calédonie. Donc, il y a aucun risque d’afflux massifs d’étrangers ou nationaux, si on maintient six mois.

À voir aussi :

Calendrier scolaire : Un simple ajustement !

Le gouvernement de la Nouvelle-Calédonie a adopté, à l’unanimité, le mardi 28 mars 2017, u…