Accueil ACTUALITÉS INTERVIEW DE PHILIPPE GOMES CONCERNANT LA TV DE PROPAGANDE RUMP/UC

INTERVIEW DE PHILIPPE GOMES CONCERNANT LA TV DE PROPAGANDE RUMP/UC

RADIO DJIDO LE 8 FEVRIER 2012

Calédonie Ensemble s’oppose à une télévision de propagande.

Philippe Gomès : Oui, moi, je suis tout à fait d’accord pour qu’il y ait une télévision qui soit plus de proximité que celle qui existe aujourd’hui, plus proche de la réalité des gens, de la réalité culturelle, de la réalité géographique, de la réalité sociale de notre pays. Mais pour ça, ce n’est pas la peine d’aller créer une ou deux télés, ce n’est pas la peine de verser 1,5 milliard de subventions publiques dans le fonctionnement annuel. Ce n’est pas la peine de verser un milliard pour l’investissement dans le matériel qui est nécessaire. Pour ça, il faut et il suffit de développer la production locale. On a beaucoup de compétences au plan local, beaucoup d’expertise, beaucoup de savoir-faire qui ne demandent qu’à s’exprimer. Et on a un outil, qui est Nouvelle-Calédonie première, sur lequel on peut tout à fait, dès lors que des productions locales de qualité sont au rendez-vous, faire en sorte que cette télévision, qui est une télévision calédonienne, puisse, demain, être plus proche des gens et répondre davantage aux aspirations de l’ensemble du pays. Vous savez, je vais donner un exemple : « Paroles de vieux », qui passe tous les soirs sur Nouvelle-Calédonie première, c’est une émission formidable, une émission proche, une émission qui intéresse, qui passionne même les gens. Mais on doit pouvoir, demain, sur Nouvelle-Calédonie première, multiplier les émissions, les documentaires, les espaces, comme ça, qui permettent une meilleure connaissance du pays, de son histoire, de sestraditions, de ses cultures et de ses langues. Donc, ce n’est pas la peine d’aller créer une télé, d’autant plus, comme vous le savez, que la télé qui est portée par le RUMP et l’UC, NC9, est une télé qui sera une télé de propagande politique puisque le journal du soir sera divisé en deux parties : une demi-heure avec les équipes de RRB et une autre demi-heure avec les équipes de radio Djiido. Donc, moi, j’ai rien contre ces équipes-là. La seule chose, c’est que la propagande politique à la télévision, c’est pas la peine. Je crois que la télévision, elle doit rassembler, elle ne doit pas cloisonner. Je crois que la télévision, elle doit nous projeter vers la citoyenneté, vers l’avenir, vers le destin commun, elle ne doit pas nous ramener toujours aux questions indépendantistes et anti-indépendantistes qui visent, au contraire, à couper le pays en deux. Et donc, je crois que cette télévision-là, c’est une télévision, non pas qui nous projette vers l’avenir, celle qui nous est proposée, mais au contraire qui nous ramène dans le passé. Et puis enfin, une dernière chose que je tiens à dire : est-ce qu’aujourd’hui, on a vraiment 1,5 milliard de francs CFP à dépenser, chaque année, pour une télévision ? Est-ce qu’il n’y a pas d’autres urgences dans notre pays ? Est-ce qu’il n’y a pas d’autres attentes de la part de la population ? En même temps qu’on pose la question, on y répond. Donc, pour toutes ces raisons-là, Calédonie ensemble s’oppose à ce que cette télévision puisse voir le jour et l’a fait savoir à tous les parlementaires de la République, tous les députés, tous les sénateurs, mais également aux membres du Conseil supérieur de l’audiovisuel.

À voir aussi :

Présidentielle : La déclaration du député Philippe Gomès

Ce 26 avril, dans une déclaration solennelle lue à la presse, Philippe Gomès, s’exprimant …