Accueil ACTUALITÉS MODIFICATION DE L’AIDE SOCIALE AUX PERSONNES AGEES

MODIFICATION DE L’AIDE SOCIALE AUX PERSONNES AGEES

Communiqué de presse du 8 février 2012

Le 7 février, Sylvie ROBINEAU est intervenue lors du point presse hebdomadaire du gouvernement pour annoncer que le gouvernement venait de décider de faire bénéficier du minimum retraite les personnes qui sont parties avant l’âge de 60 ans avec une retraite sans abattement.

C’est faux ! Aucune décision de ce type n’a été inscrite à l’ordre du jour de la réunion du 7 février dernier et le gouvernement n’a pris aucune décision en ce sens. Il s’agit d’un simple effet d’annonce, comme le gouvernement en a désormais l’habitude…

Il s’agit surtout d’un aveu, par le membre du gouvernement en charge du secteur lui-même, que le dispositif présenté au congrès était bâclé et générateur d’inégalités de traitement. Cette annonce témoigne également d’une prise de conscience plus que tardive, tant les faits étaient connus.

En effet, ce problème avait été soulevé au Congrès par Calédonie Ensemble, en commission puis lors de la séance publique du 10 décembre 2011. Notre groupe avait alors préparé et déposé un amendement au projet du gouvernement afin de corriger cette injustice.

Le congrès avait rejeté cet amendement, sur la recommandation du gouvernement, au motif qu’il n’y aurait qu’un très faible nombre de personnes exclues du CRS du fait d’un départ en retraite avant 60 ans, et ce en dépit des données que la CAFAT qui indiquait déjà que 750 personnes étaient concernées.

Néanmoins, le groupe Calédonie Ensemble-UDC n’a pas renoncé et a déposé le 20 janvier 2012 une proposition de loi du pays qui reprend le texte de l’amendement mais en ouvre plus largement le champ, en proposant de valoriser le travail de tous nos anciens.

En résumé, il s’agit de permettre à toutes les personnes âgées de plus de 60 ans, résidant en Nouvelle-Calédonie, ayant exercé une activité professionnelle salariée ou indépendante pendant plus de 5 ans, et qui ne disposent pas de ressources suffisantes, de bénéficier d’une majoration du minimum retraite ou du minimum vieillesse qui leur est servi. Cette majoration mensuelle représenterait 1 000 F par année travaillée au-delà de la 5ème.

En effet, nous savons que plus de 5 500 retraités CAFAT sont partis à la retraite avant l’âge de 60 ans, après avoir cotisé en moyenne 19 ans au régime retraite. Une majorité d’entre eux ne bénéficient d’aucun autre revenu et se retrouvent exclus du minimum retraite, sans aucune valorisation de leur travail pourtant annoncé comme un objectif essentiel du gouvernement lors de l’adoption du texte sur le complément retraite de solidarité.

Il en est de même des anciens travailleurs indépendants.

Comme le prévoit la loi organique, le président du congrès a transmis notre proposition de loi du pays rectificative au Conseil Economique et Social, et la commission de la santé et de la protection sociale du CES s’est réunie hier afin de l’examiner. La proposition devrait donc partir au Conseil d’Etat avant la fin du mois, et pourrait être votée par le congrès fin mars.

Il est urgent de corriger ce qui est ressenti par plusieurs milliers de calédoniens comme une profonde injustice. Face à leurs attentes, le temps n’est plus aux déclarations d’intention sur le sujet par le gouvernement, mais bien aux propositions concrètes.

À voir aussi :

Philippe Dunoyer : « Le grand vainqueur, c’est la paix »

( 18 juin 2017 ) Au soir de sa victoire dans la 1ère circonscription, Philippe Dunoyer a r…