Accueil VIDÉOS CALEDONIE ENSEMBLE ET LE MINIMUM VIEILLESSE

CALEDONIE ENSEMBLE ET LE MINIMUM VIEILLESSE

minimum vieillesse

Océane FM FEV 28 MID – Philippe GOMES

Journaliste : Le minimum vieillesse a largement fait la une ces derniers mois dans nos éditions d’information. Le CES s’est dit favorable à l’intégration et à l’augmentation du plafond, pour bénéficier du complément retraite, notamment de solidarité. Rappelons que 750 personnes parties en retraite anticipée sont exclues de ce dispositif, alors qu’elles ont cotisé pendant 35 années. Partagez-vous le même point de vue que le CES ?

Philippe Gomès: Je dirais que nous allons plus loin que le CES dans nos propositions. D’abord, c’est un engagement que nous avions pris pendant la campagne électorale en 2009, Calédonie ensemble, que tous les anciens de notre pays puissent disposer d’un minimum décent pour vivre dignement. On dit qu’un pays est civilisé lorsqu’il a développé des dispositifs qui permettent de prendre en compte les plus fragiles. Les plus fragiles, ce sont les enfants, ce sont les femmes et ce sont les anciens. À ce titre-là, la Nouvelle-Calédonie n’est pas encore un pays civilisé. Nous avons un chemin important à accomplir. C’est pour ça que nous souhaitions, pour nos anciens, qu’ils aient ce minimum de 90 mille francs CFP, c’est la proposition que nous avions faite à l’époque. D’autant plus que, dans notre pays, on parle beaucoup des anciens, respect sur les anciens, ce sont des repères, dans toutes les communautés. Mais l’idée, c’est pas seulement d’en parler, c’est aussi de mettre des actes en face des paroles, de façon à ce que ce respect dont on parle pour nos anciens, on leur donne les moyens aussi d’en bénéficier, ce qui n’était pas le cas jusqu’alors. Ensuite, en ce qui concerne le projet, Philippe Dunoyer avait travaillé pendant deux ans, en étroite concertation avec tout le monde, pour bâtir un projet qui était d’ailleurs prêt, lorsque le gouvernement a été renversé. Et donc, ce projet prévoyait un régime unique, par la Cafat. Je le dis, parce que, aujourd’hui, le choix qui a été fait par coalition, c’est de passer par les provinces, ce qui est un véritable parcours du combattant pour l’ensemble des anciens qui essayent d’obtenir ce minimum vieillesse, parce qu’il y a des tonnes de papiers à remplir, parce qu’on va, le cas échéant, rechercher les obligations alimentaires des enfants, parce que etc., etc. On a eu de nombreux témoignages à Calédonie ensemble sur les difficultés qu’ont rencontrées nombreux d’anciens pour faire en sorte que leur dossier soit complet. Et puis surtout, on considère, nous, à Calédonie ensemble, c’est pour ça que nous avons déposé une proposition de loi sur le sujet qui, je l’espère, cette fois-ci, sera examinée par la commission au Congrès qui sera inscrite à l’ordre du jour d’une séance, pour corriger deux injustices, deux discriminations inacceptables. La première, c’est qu’on touche le minimum retraite, c’est 90 mille francs CFP plus 1000 francs CFP par année de cotisation à la Cafat, moins les 5 premières années. Donc, on touche le minimum retraite à partir de l’âge de 60 ans, à la condition qu’on soit parti à 60 ans ou après. Donc, imaginez le cas de figure, pour illustrer les choses : vous partez à 59 ans, vous avez travaillé 25 ans. Vous avez droit juste au minimum vieillesse de 85 mille francs CFP. Vous partez à 60 ans, vous avez travaillé 25 ans : vous avez droit au minimum retraite de 90 mille plus mille francs par année de cotisation, c’est-à-dire 20 mille francs, donc 110 mille. Vous partez un an après avec la même durée de travail : d’un côté vous allez bénéficier de 110 mille, de l’autre côté de 85 mille. Vous savez, il y a 5700 Calédoniens qui se retrouvent aujourd’hui dans cette situation. Mais quelle injustice incroyable ! Et dès le début, Calédonie ensemble avait indiqué, dans notre proposition de loi justement, à la différence de celle de la coalition : le cas des retraités partis avant 60 ans étaient pris en considération. Alors, on dit : oui, mais ils sont partis avant 60 ans, c’est un choix de vie. C’est mal connaître le pays que de dire ça. Nous connaissons, à Calédonie ensemble des milliers de retraités ou des centaines de retraités qui sont partis avant 60 ans, pas parce que c’était un choix de vie, mais parce que l’entreprise les a poussés à partir avant cette date, les a incités à partir avant cette date, et c’est pour ça qu’ils se sont retrouvés à la retraite […]

Venez découvrir la chaîne Caledonie Ensemble sur  et abonnez-vous pour suivre l’actualité !

À voir aussi :

Feu vert pour l’agence calédonienne de l’énergie

( 12 janvier 2017 ) Les élus du Congrès ont confirmé, ce jeudi 12 janvier, la création de …