Accueil VIDÉOS CALEDONIE ENSEMBLE ET LES ELECTIONS LEGISLATIVES

CALEDONIE ENSEMBLE ET LES ELECTIONS LEGISLATIVES

CALEDONIE ENSEMBLE ET LES ELECTIONS LEGISLATIVES

Journaliste : Calédonie ensemble va présenter deux candidats dans les deux circonscriptions. Expliquez-nous le pourquoi de ces candidatures ? Pourquoi vous-présentez-vous ?

Philippe Gomès: Je ne suis pas un élément décoratif du paysage politique, je ne suis pas une potiche inerte, vous l’aurez remarqué. À Calédonie ensemble, nous nous battons pour des valeurs, pour des convictions, et puis surtout, nous sommes la deuxième force politique du pays, même si certains voudraient qu’on n’existe pas.Visiblement, nous avons réuni 16 mille voix aux dernières élections provinciales, quand le Rassemblement UMP en réunissait 19 mille et l’UC, 15 mille. Donc, nous pesons notre poids dans le paysage politique calédonien. Nous avons aujourd’hui 12 élus au Congrès de la Nouvelle-Calédonie, quand l’UC – FLNKS en a 12 et le Rassemblement UMP 13. Donc, nous sommes une force centrale, et j’espère bien que ces élections législatives à venir et les élections provinciales de 2014 conforteront notre position dans le paysage politique. C’est la première raison pour laquelle nous irons à ces élections. La deuxième raison, elle est essentielle, c’est que nous souhaitons faire de ces élections un véritable référendum pour ou contre la politique qui est menée par la coalition, et notamment pour ou contre les reniements qui ont étés ceux du Rassemblement UMP et de l’Avenir ensemble. Le drapeau du FLNKS qui flotte aujourd’hui dans le ciel calédonien a été fait dans le dos du peuple. L’élection de Rock Wamytan à la présidence du Congrès a été faite de la même manière, dans le dos du peuple. La coalition avec les indépendantistes et le Rassemblement UMP est également une coalition qui a été faite dans le dos du peuple, parce que, je rappelle que le Rassemblement UMP ne jurait que par l’entente républicaine, au moment des provinciales de 2009, et donc, ces élections législatives seront l’occasion pour le peuple de dire si oui ou non il valide ce qui a été fait dans son dos ces trois dernières années. Et c’est important qu’il le valide ou pas, parce que ce qui a été fait n’a pas de légitimité électorale, aujourd’hui, de légitimité populaire, de légitimité issue du suffrage universel, puisque ça n’avait pas été annoncé, à l’occasion des élections provinciales. Et puis, bien évidemment, si c’est validé, si le peuple dit : oui, on est d’accord avec le drapeau, avec Wamytan, avec la coalition, à partir de ce moment-là, le Rassemblement UMP et ses affidés auront le chemin libre, auront carte blanche pour négocier la sortie de l’Accord de Nouméa, pour décider l’avenir du pays. Et selon nous, le chemin qu’ils empruntent est un chemin vers une indépendance association à la Pisani, vous savez où l’association sert de bagayou à l’indépendance, c’est-à-dire, on enlève l’association, on voit tout. On peut dire les choses différemment : l’indépendance association, le paquet cadeau, c’est l’association. Quand on l’ouvre, on tombera sur l’indépendance. C’est une manière d’habiller quelque chose pour essayer de le rendre vendable auprès des Calédoniens. Donc, si jamais les candidats de la coalition sont élus à l’occasion des élections législatives, ils auront carte blanche. Par contre, si les Calédoniens disent non, si les Calédoniens disent : stop, stop ! On n’est pas d’accord avec ce qui s’est passé, ni avec le drapeau, ni avec la coalition avec les indépendantistes, ni avec Wamytan, président du Congrès, et donc, non seulement on n’est pas d’accord, mais on ne veut plus que vous nous représentiez, mais surtout : on ne vous fait plus confiance pour négocier l’avenir du pays, on ne vous fait plus confiance pour être les partenaires des indépendantistes dans le cadre de la sortie de l’Accord de Nouméa, bien évidemment, à partir de ce moment-là, Calédonie ensemble, si tel est le cas, pourra défendre une autre voie, un autre chemin pour l’avenir de notre pays que celui dans lequel nous sommes engagés dans le cadre de la coalition. Vous voyez que ces élections législatives ont une importance particulière. J’en terminerai sur un point : je rappelle que le Rassemblement UMP a déjà deux sénateurs, Pierre Frogier qui s’est enfui au sénat et qui a refusé d’affronter les 85 mille électeurs de la 2e circonscription qui lui auraient peut-être demandé des comptes, et Hilarion Vendégou. Il vous semble pas normal que la deuxième force politique du pays puisse également faire entendre la voix des Calédoniens, là aussi, au parlement de la République, en ayant une représentation au sein de l’Assemblée nationale ? Ce serait légitime que la voix des Calédoniens ne soit pas unique à Paris, qu’elle soit uniquement celle du Rassemblement UMP et qu’il y ait également la voix de Calédonie ensemble qui puisse s’exprimer dans l’enceinte. Donc, vous voyez, ça fait beaucoup de raisons pour lesquelles nous devons aller aux législatives.

Venez découvrir la chaîne Caledonie Ensemble sur  et abonnez-vous pour suivre l’actualité !

À voir aussi :

LesEchos : En Nouvelle-Calédonie, le sort de l’usine de Vale en suspens

( 17 août 2017 ) Le devenir de l’usine métallurgique du géant brésilien ne tient plus qu’à…