Accueil VIDÉOS CALEDONIE ENSEMBLE ET L’INSECURITE

CALEDONIE ENSEMBLE ET L’INSECURITE

CALEDONIE ENSEMBLE ET L’INSECURITE

Journaliste : Même en brousse ?

Philippe Gomès: Même en brousse, parce que, vous savez, la brousse pâtit aussi de l’insuffisance de l’action des députés sortants auprès de l’État pour permettre que la sécurité soit au rendez-vous dans notre pays. Je rappelle que dans la ville, des commissariats, comme celui de Tindu, ont été supprimés dans des quartiers populaires qui en avaient besoin. Je rappelle que des gendarmeries, comme celle de Moindou, ont été également supprimées, dans l’intérieur. Je rappelle que les gendarmeries ont été regroupées dans le Nord, ce qui donne bien sûr des délais d’intervention qui n’ont plus rien à voir avec ce que les populations connaissaient. Et au total, les chiffres de l’insécurité sont dramatiques. Est-ce que vous les avez vus ? Je crois que ça mériterait un vrai débat. Ils sont aujourd’hui disponibles, j’espère qu’on pourra être là pour faire entendre notre voix, parce que depuis la montée du drapeau, c’est 10 % par mois, 10 à 20 % par mois d’augmentation de l’insécurité depuis juillet 2010, de juillet à août, à septembre et ainsi de suite jusqu’au mois de décembre 2010. Quant à l’année 2011, c’est sur l’année 11 % d’augmentation de l’insécurité. Alors on peut dire : oui, mais ça a toujours été comme ça. Faux ! Les statistiques témoignent que sur 2006 – 2007, 2008 et jusqu’au milieu de l’année 2009, on a eu plutôt une baisse qui était de 3 à 4 % en moyenne. Donc, on voit bien que, non seulement l’insécurité s’est aggravée, mais que certains actes politiques inconséquents ont conduit également cette insécurité à progresser de manière significative, dans la ville comme dans la brousse. Et pour finaliser sur les préoccupations des Calédoniens, je parlais de la vie chère, de l’insécurité, bien évidemment il y a aussi les inquiétudes sur l’avenir. Il est clair…, est-ce qu’on peut nier aujourd’hui que cette coalition, à la fois contre nature et hétéroclite d’indépendantistes et de non-indépendantistes, enfin d’une partie d’indépendantistes, l’UC et le Parti travailliste, et d’une partie de non-indépendantistes, le Rassemblement UMP et l’Avenir ensemble, a contribué à nourrir une inquiétude forte dans l’ensemble des populations du pays, que l’idée de 2014 comme deadline pour le pays, si on ne trouve pas de solution, on se demande ce qui va se passer, est également une idée qui est particulièrement anxiogène, et qui conduit beaucoup de Calédoniens à nourrir des inquiétudes, beaucoup d’investisseurs à différer leurs investissements dans les entreprises ou dans la construction immobilière, beaucoup de Calédoniens, ne le cachons pas, à aller mettre leur argent à l’extérieur. La collecte de banques a été en 2011, et là aussi, ça mériterait un débat, la plus faible de la décennie. Donc, oui, on a également des inquiétudes politiques qui nourrissent un ralentissement économique et qui sont, aujourd’hui, au cœur des préoccupations de beaucoup de Calédoniens, dans l’intérieur et dans la ville.

Venez découvrir la chaîne Caledonie Ensemble sur  et abonnez-vous pour suivre l’actualité !

À voir aussi :

Rentrée au palais Bourbon

( 24 juin 2017 ) Quelques jours après leur victoire aux élections législatives, Philippe G…