Accueil ACTUALITÉS EXPLICATION SUR LE 1ER TOUR DE LA PRESIDENTIELLE PAR SIMON LOUECKHOTE

EXPLICATION SUR LE 1ER TOUR DE LA PRESIDENTIELLE PAR SIMON LOUECKHOTE

Simon Loueckhote sur RNC le 25 Avril 2012.

Journaliste : Vous êtes le président du LMD. Marie-Luce Penchard a aussi déclaré, ce matin, que François Hollande portait une lourde responsabilité dans la montée du FN en outre-mer. Vous le savez, en Calédonie, Marine Le Pen a été créditée de 11 % au premier tour. Pensez-vous que ces critiques peuvent s’appliquer ici ?

Simon Loueckhote : C’est toujours facile de dénoncer ce qui a été réalisé par les autres, ce qui a été dit par les autres, pour justifier d’un résultat, c’est en l’occurrence ce que fait Marie-Luce Penchard. Elle pourrait aussi, peut-être, s’interroger sur ce qui a été fait ou sur ce qui n’a pas été fait et qui a poussé, aujourd’hui, beaucoup de Calédoniens à voter pour le FN.

Journaliste : Qu’est-ce qui n’a pas été fait, qu’est-ce qui a été fait, ici ?

Simon Loueckhote : Par exemple, l’histoire du drapeau. Beaucoup de Calédoniens ont condamné cette décision, qui leur a été imposée. Vous voyez, vous aviez cité, tout à l’heure, les nouveaux billets de banque. Le nouveau graphisme des billets de banque découle d’un processus qui a été décidé par tout le monde. C’est une commission spéciale qui a été créée au Congrès, qui a fait ce choix. Aujourd’hui,  ça ne peut pas être contesté et contestable, puisque le débat a eu lieu de façon très large et à une ouverture totale, et beaucoup de citoyens y ont participé. Donc, aujourd’hui, on ne peut pas le contester. Si on avait procédé ainsi, pour le drapeau, probablement qu’on n’en serait pas là, sans compter qu’aujourd’hui, on continue à verrouiller le paysage radiophonique de la Nouvelle-Calédonie. Le Rassemblement UMP, qui est le représentant officiel, ici, en Nouvelle-Calédonie, de Nicolas Sarkozy, accepte, puisque son silence vaut acceptation, vaut aval, de la venue du leader fidjien qui n’est autre qu’un putschiste, pour venir en Nouvelle-Calédonie pour nous parler de démocratie et veiller, regarder si l’Accord de Nouméa est bien mis en application. Mais tout ça, ce sont des attitudes politiques qui ont été condamnées par les Calédoniens. Donc, il ne faut pas s’étonner que beaucoup d’entre eux se sont tournés vers le FN. Aujourd’hui, dire, c’est la seule faute de François Hollande, mais enfin, c’est un peu facile, comme conclusion.

À voir aussi :

Philippe Gomès : « Il nous faut définir notre patrimoine commun »

Le député Philippe Gomès a participé ce 18 novembre au colloque sur l’avenir institutionne…