Accueil ACTUALITÉS QUAND LE BILAN DU DEPUTE SORTANT DISCREDITE LES PROMESSES DU CANDIDAT

QUAND LE BILAN DU DEPUTE SORTANT DISCREDITE LES PROMESSES DU CANDIDAT

Communiqué de Sonia LAGARDE et d’ Hélène IEKAWE le mercredi 9 mai 2012

Hier soir, au journal télévisé de Nouvelle-Calédonie 1ère, le candidat du R-UMP, Gaël Yanno, a fait savoir qu’il entendait mener « une campagne de propositions », pour les législatives des 10 et 17 juin prochain.

Nous saluons cette initiative et nous nous réjouissons par avance des futures propositions du député sortant…

Pour autant, les électeurs méritent de savoir ce que sont devenues les propositions que Monsieur Yanno avait déjà émises lors de sa campagne 2007.

1°) Sur le drapeau du FLNKS : dans sa brochure de campagne 2007, le candidat Yanno avait déclaré : « La grande majorité de la population ne s’appropriera jamais le drapeau du FLNKS et le nom « Kanaky ». Nous n’accepterons pas que les emblèmes de la lutte indépendantiste deviennent ceux de la Nouvelle-Calédonie, quitte à être le seul mouvement politique à s’opposer à cette dérive indépendantiste de la lecture de l’Accord de Nouméa ! »

Cinq ans plus tard, ce drapeau « que la population ne s’appropriera jamais » flotte désormais au fronton des édifices publics. C’est d’ailleurs Gaël Yanno lui-même qui l’a hissé « en catimini » sur la mairie de Nouméa.

On a hâte de savoir ce que le RUMP va nous proposer pour le nom du pays…

2°) Sur le gel du corps électoral : en 2007, le candidat Yanno avait fait campagne contre le gel du corps électoral, qui venait d’être voté par le congrès, à Versailles, sur une initiative de l’UMP. Il avait déclaré aux Nouvelles Calédoniennes : « Je n’ai pas voté, en 1998, l’Accord de Nouméa, pour exclure définitivement du droit de vote aux provinciales (…) 18000 de nos concitoyens… ». Il s’était même engagé à ce qu’un référendum ait lieu dans l’année pour que le droit de vote soit redonné à ceux qui en étaient privés.

Cinq ans plus tard, le dossier n’a pas avancé d’un pouce et Gaël Yanno réitère exactement les mêmes propositions. Entretemps, le RUMP a exclu tous ceux qui n’ont pas dix ans de résidence du bénéfice des aides sociales aux personnes âgées (délibération n°180 du 30 décembre 2011). Désormais, grâce à Gaël Yanno et à ses amis, lorsque vous n’avez pas dix ans de résidence, vous êtes privés, non seulement de droit de vote, mais aussi des aides sociales…

3°) Sur la lutte contre la délinquance : en 2007, Gaël Yanno l’avait annoncée comme sa priorité, et son ami Jean-Claude Briault avait même, avec force médiatisation, créé un collectif citoyen d’auto-défense, pendant la campagne officielle.

Cinq ans plus tard, Gaël Yanno n’a rien fait pour s’opposer à la réduction des effectifs de force de l’ordre, à la fermeture du commissariat de police de Tindu et à celle de la brigade de gendarmerie de Moindou. Il s’est par contre opposé pendant 2 ans au projet de rénovation du camp Est. Résultat : la délinquance a augmenté de plus de 10% par an dans le Grand Nouméa ces deux dernières années, et la justice n’a toujours pas les moyens d’incarcérer tous les délinquants condamnés.

4°) Sur la retraite des fonctionnaires de l’Etat : lors de la campagne 2007, Gaël Yanno avait pris l’engagement de « se battre jusqu’au bout » pour maintenir le revenu des retraités de l’Etat installés en Nouvelle-Calédonie.

Cinq ans plus tard, on voit le résultat : l’indemnité temporaire de retraite a été fortement diminuée et sa suppression définitive interviendra en 2022 (loi n°2008-1443 du 30 décembre 2008).

Sonia Lagarde, candidate

 Hélène Iekawé, suppléante

À voir aussi :

En Nouvelle-Calédonie, le sort de l’usine de Vale en suspens

( 17 août 2017 ) Le devenir de l’usine métallurgique du géant brésilien ne tient plus qu’à…