Accueil ACTUALITÉS REPONSE DE P. MICHEL A L’APPEL DE P. FROGIER

REPONSE DE P. MICHEL A L’APPEL DE P. FROGIER

Philippe Michel sur RNC le 11 Mai 2012.

Journaliste : Depuis la permanence du Rassemblement UMP, à Nouméa, Pierre Frogier a appelé, hier, au regroupement de la droite, à tous ceux qui ont soutenu Nicolas Sarkozy à la présidentielle. Ce matin, Calédonie ensemble a réagi à cet appel. Nous avons avec nous Philippe Michel, le secrétaire général du parti, bonjour.

Philippe Michel : Bonjour.

Journaliste : Et merci d’avoir répondu à notre invitation. Votre réaction à cet appel de Pierre Frogier ?

Philippe Michel : Écoutez, deux commentaires : d’abord, le premier, c’est que c’est pas la première fois que Pierre Frogier lance des appels au regroupement et à l’unité. La dernière fois, c’était quelques jours après le décès de Jacques Lafleur, à la province Sud, et un mois plus tard, l’UC renversait le gouvernement de Philippe Gomès, avec la bénédiction de Pierre Frogier. Alors, aujourd’hui, Pierre Frogier réitère sa proposition de regroupement, mais, moi, ce que j’observe, c’est que Pierre Frogier appelle au regroupement des partisans de la Nouvelle-Calédonie dans la France, alors qu’aujourd’hui, il a porté au pouvoir les indépendantistes de l’UC et du Parti travailliste. Ce que j’observe, c’est que Pierre Frogier appelle tous les Calédoniens à se préoccuper de l’avenir institutionnel du pays, mais qu’en même temps, il explique très clairement que cette discussion sera réservée qu’aux signataires, et même aux plus vieux d’entre eux, parce que, « c’est une génération qui va disparaître », ce sont ses propres mots. Ce que je veux vous dire, c’est que cet appel, très clairement, de Pierre Frogier, me semble surtout être une ficelle, une manœuvre électorale grossière, qui a pour unique objectif d’essayer de capter les voix des électeurs calédoniens qui ont soutenu Nicolas Sarkozy aux dernières élections présidentielles. Alors, en ce qui nous concerne, les choses sont claires, nous, on appelle les Calédoniens à ne pas tomber dans ce piège grossier, cette manœuvre politicienne. Je le dis d’autant plus que beaucoup de nos adhérents et sympathisants, et même la plus grande partie, ont soutenu Nicolas Sarkozy, mais d’une manière générale, comme tous les autres Calédoniens qui ont voté pour Nicolas Sarkozy, très clairement, ceux qui votent Nicolas Sarkozy en Nouvelle-Calédonie ne votent pas nécessairement et n’approuvent pas nécessairement la politique menée par Pierre Frogier, ces dernières années, dans notre pays.

Journaliste : D’accord, donc, pour cet appel au rassemblement de la droite, pour vous, il s’agit d’une manœuvre politicienne. Sur la recherche d’une solution institutionnelle de la sortie de l’Accord de Nouméa, le patron du RUMP dit : dès maintenant, il ne faut pas attendre 2014. Votre position ?

Philippe Michel : Notre position, elle est radicalement opposée à ça. Nous, nous disons une chose très simple : l’échéance de l’Accord de Nouméa, c’est pas 2014, c’est 2018. Ça veut dire qu’on n’a pas deux ans pour négocier, discuter, le dos au mur, dans la précipitation, on a six ans pour le faire, voilà. Et comme, jusqu’à preuve du contraire, les non indépendantistes sont majoritaires en Nouvelle-Calédonie, il n’y a aucune raison de se précipiter pour négocier dans de mauvaises conditions, en urgence, et après avoir fait les concessions inutiles, qu’on connaît de la part de Pierre Frogier.

Journaliste : Donc, vous allez participer aux discussions sur la recherche de cette solution institutionnelle, pour l’après Accord de Nouméa ?

Philippe Michel : Oui, mais uniquement, je le répète, après les élections provinciales de 2014, pour la très bonne et très simple raison que seuls les mouvements politiques qui auront été choisis par les Calédoniens, lors des élections provinciales de 2014, auront la légitimité politique pour engager les discussions sur l’avenir du pays et des ses populations. C’est pas aujourd’hui, alors que personne ne connaît la représentativité des différentes formations politiques, alors que certains partis politiques exercent aujourd’hui les responsabilités en ayant trahi tous leurs engagements qu’on peut ouvrir ces discussions, parce que personne ne sait qui est habilité à le faire, personne ne sait qui fait quoi. Et puis, à dire vrai, et pour être clair, moi, ce que je sais, c’est que Pierre Frogier est déjà en train de négocier l’indépendance-association du pays, ça ressort très clairement de toutes ses déclarations, comme celles d’autres élus du Rassemblement, et ça, c’est une solution dont nous ne voulons pas pour le pays.

À voir aussi :

Alain Christnacht élevé au grade d’Officier de la Légion d’honneur

( 21 octobre 2017 ) Philippe Gomès : « Alain Christnacht a été élevé hier soir, à la maiso…