Accueil ACTUALITÉS DECRYPTAGE DES MEDIAS – 7 au 16 juillet 2012

DECRYPTAGE DES MEDIAS – 7 au 16 juillet 2012

Intervention des deux députés à Paris

RNC le 7 juillet 2012

Journaliste : L’augmentation de la violence et les questions de sécurité ont été également évoquées à Paris, lors d’une rencontre entre les deux nouveaux députés, Philippe Gomès et Sonia Lagarde, avec les conseillers des ministres de l’intérieur et de l’éducation. Les deux élus calédoniens ont voulu interpeller les nouveaux responsables de l’État sur la question sécuritaire. Philippe Gomès, député de la deuxième circonscription :

Philippe Gomès : On a la chance d’avoir un gouvernement de la République qui a dit que le domaine de l’éducation et de la sécurité étaient des domaines sanctuarisés et que par rapport à l’ensemble des rigueurs budgétaires, en termes de créations de postes, ces rigueurs n’affecteraient pas ces secteurs-là. Donc, c’est pour ça que nous, nous souhaitons, en Nouvelle-Calédonie, bénéficier des créations de postes supplémentaires envisagées en ce qui concerne la police nationale et la gendarmerie chez nous, dans notre pays, on en a besoin pour assurer une meilleure sécurité. On espère ainsi qu’en termes d’effectifs dans l’éducation nationale, on bénéficiera des créations de postes nouvelles, 60 mille sur la durée de la législature, qui avaient été annoncées par François Hollande. Donc ça, c’est un message qu’on a été relayer auprès des ministères concernés.

Journaliste : À l’occasion d’une conférence de presse qu’ils ont tenue, cette nuit pour nous, en métropole, Sonia Lagarde et Philippe Gomès ont fait part également de leur opposition à l’arrivée de la Française des jeux sur le territoire pour des raisons économiques et sociales. Les deux députés ont rappelé leur opposition de longue date, à cette initiative portée jusqu’à présent par le Rassemblement UMP pour financer, notamment, une nouvelle chaîne de télévision souhaitée par le sénateur Pierre Frogier. Concernant le prochain comité des signataires, Sonia Lagarde et Philippe Gomès ont indiqué leur préférence pour la réunion de ce comité en fin d’année, afin de donner notamment du temps au nouveau gouvernement de prendre la mesure du dossier. Enfin, Sonia Lagarde devrait être la porte-parole du groupe UDI de l’Assemblée nationale, lors de la prochaine discussion sur le projet de loi concernant le harcèlement sexuel.

Conférence de presse des 2 députés à Paris

RNC le 7 juillet 2012

Journaliste : Les deux nouveaux députés calédoniens ont donc redit, ce vendredi, à Paris, leur opposition à l’implantation de la Française des jeux, sur le territoire. Une opposition qui ne date pas d’hier, a souligné Philippe Gomès, député de la deuxième circonscription, lors d’une conférence de presse pour faire le bilan, deux semaines après leur arrivée à l’Assemblée nationale. Philippe Gomès :

Philippe Gomès : Ce qu’on a dit, c’est ce qu’on a toujours dit sur le sujet, c’est-à-dire que, faire venir le Loto en Nouvelle-Calédonie pour instaurer une taxe pour financer une télévision de propagande, au bénéfice de partis politiques. C’était quelque chose d’inadmissible, qu’il n’y a pas d’autre espace du territoire national où une propagande politique est financée sur deniers publics. Dans ce cadre-là, utiliser le Loto pour parvenir à cette fin, c’était quelque chose qu’on a condamné de longue date et qu’on continue à condamner aujourd’hui. En tout cas, le dossier mérite d’être réexaminé, non ?

Journaliste : Autre dossier évoqué par les deux députés, la lutte contre la vie chère, une des priorités des nouveaux élus, et un sujet déjà abordé avec le ministre des outre-mer. De son côté, Sonia Lagarde devrait être le rapporteur du groupe Union des démocrates et indépendants de l’Assemblée nationale, lors du débat de la nouvelle loi concernant le harcèlement sexuel. Sonia Lagarde :

Sonia Lagarde : Cette loi, elle a été retirée pour des questions juridiques, donc elle va être revotée à nouveau, en principe, le 24 juillet. Et comme je suis la seule femme, cette loi, c’est pas seulement pour les femmes, il y a des hommes qui peuvent être harcelés au sein du travail aussi, mais comme je suis la seule femme du groupe UDI, voilà, on m’a proposé de m’exprimer au nom du groupe, quand cette loi va être débattue au sein de l’Assemblée, donc, je le ferai volontiers.

Journaliste : Concernant le prochain comité des signataires, Sonia Lagarde et Philippe Gomès ont souhaité qu’il soit reporté à la fin de l’année pour, je cite, donner le temps au gouvernement actuel de prendre la mesure du dossier. Sonia Lagarde et Philippe Gomès ont également interpellé les nouveaux responsables de l’État, notamment ceux des ministères de l’intérieur et de l’éducation sur la question sécuritaire. Philippe Gomès espère que le territoire va bénéficier de la non-restriction budgétaire annoncée par le gouvernement dans le secteur, justement, de l’éducation et de la sécurité.

Emission « Transparence » avec Didier Leroux sur RRB le 13 juillet

Position de Leroux sur le drapeau…

Journaliste : Le drapeau, le thème prioritaire de campagne des deux candidats Calédonie ensemble, aujourd’hui élus, c’était la fameuse recherche d’un drapeau commun. Vous y croyez, vous pensez que ça va être mis en œuvre et vous pensez que c’est possible d’arriver à quelque chose, dans ce domaine ?

Didier Leroux : À ce sujet, je pense, d’abord, qu’il y avait eu une proposition qui avait été faite par Calédonie ensemble à laquelle on aurait dû souscrire. Cette proposition, c’était de faire une commission pour rechercher un drapeau commun (…) J’aurais bien voulu voir fonctionner cette commission, parce que, à mon sens, mais je peux me tromper, elle aurait abouti à une impasse, étant donné que les indépendantistes sont arc-boutés, ou en tout cas étaient arc-boutés, sur le drapeau du FLNKS.

Leroux et la Présidence du congrès

Journaliste : Est-ce qu’il faut que Rock Wamytan garde la présidence du Congrès, après le résultat des élections législatives et après, apparemment, un rejet dans l’électorat de cette présidence ?

Didier Leroux: (…) . Je ne sais pas si le Rassemblement présentera un candidat, moi, je n’ai pas prévu d’être candidat (…) Je pense qu’aujourd’hui, le mieux, c’est quand même de laisser le FLNKS et Calédonie ensemble face-à-face au Congrès, et chacun décidera de ce qu’il a à faire. (…)

Journaliste : Si on vous a bien compris, vous ne vous présenterez pas et vous ne voteriez, ni pour Rock Wamytan, s’il est de nouveau candidat à sa succession, ni pour un candidat que présenterait Calédonie ensemble ?

Didier Leroux : Non.

Journaliste : Vous vous abstiendriez ?

Didier Leroux : Oui.

Leroux et les équilibres institutionnels

Journaliste : Mais quel doit être aujourd’hui la place dans les institutions de Calédonie ensemble ? Vous pensez que le résultat de ces législatives doit se répercuter au niveau institutionnel, qu’il faut leur donner des responsabilités aujourd’hui ou est-ce que ce sont deux scrutins complètement différents et que l’équilibre institutionnel n’est pas transformé par ces législatives ?

Didier Leroux: (…) Je pense que c’est une erreur de la part du Rassemblement, de l’UC, du Parti travailliste, de marginaliser complètement Calédonie ensemble. Et j’ajouterai que, plus on transfère de compétences, et plus on a besoin de gens compétents pour les exercer.(…)

Océane FM le 16 juillet 2012 – Gérard Reignier

Quand G.Reignier se rappelle au bon souvenir du Président du gouvernement

Gérard Reignier: Et à la fin cette élection législative, on a eu un peu des positions à l’emporte-pièce. Je parlerai, là, de la position du président du gouvernement, monsieur Harold Martin, qui l’a peut-être fait d’une manière de dépit, mais en même temps d’une manière un peu provocante sur le fait de dire qu’il fallait baisser le drapeau, qu’il fallait un nouveau président du gouvernement, etc., comme si le débat ne concernait que les non-indépendantistes dans ce pays (…)

Est-ce que quelqu’un peut offrir un boulier à Gérard Reignier?

Journaliste
: Six cents personnes, c’est pas un échec? (sur la manifestation du 14 juillet)

Gérard Reignier: Six cents personnes, ça, c’est la police. Bon, grosso modo, on m’a posé la question, j’en ai compté deux mille à peu près.

À voir aussi :

Blocage du gouvernement : Les conséquences dramatiques pour le pays

( 23 octobre 2017 ) 24 heures avant la réunion du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie, c…