Accueil ACTUALITÉS RESPECTER LA VOLONTE DU PEUPLE CALEDONIEN

RESPECTER LA VOLONTE DU PEUPLE CALEDONIEN

CONFERENCE DE PRESSE DE GERARD POADJA LE 24/08/12

RESPECTER LA VOLONTE DU PEUPLE CALEDONIEN

A quelques jours de la séance du Congrès consacrée au renouvellement annuel du bureau de l’institution, je souhaite rappeler les raisons de ma candidature à la présidence de l’assemblée et préciser la position du groupe Calédonie Ensemble sur cette échéance.

1° Les Calédoniens ont exprimé leur volonté les 10 et 17 juin

Lors des élections législatives, les Calédoniens ont eu, pour la première fois depuis la formation de la coalition RUMP – Parti Travailliste – UC, la possibilité de s’exprimer sur cette évolution politique totalement contraire aux engagements électoraux pris par les partis concernés. Et ces électeurs ont décidé de mettre fin à 35 ans de domination parlementaire du Rassemblement-UMP, en portant Calédonie Ensemble au rang de première formation politique du pays. Au travers de ce vote-sanction, ils ont clairement exprimé la volonté de mettre un coup d’arrêt à la politique mise en œuvre par cette coalition depuis 2 ans.

En démocratie, le peuple est souverain. Son choix s’impose à tous. Aujourd’hui, la volonté de changement exprimée par les Calédoniens doit se traduire dans les faits, en redonnant à Calédonie Ensemble une place raisonnable au sein des institutions.

C’est la raison pour laquelle ma candidature a été présentée à la présidence du Congrès.

Je rappelle en effet que, en dépit de notre représentativité, la coalition nous a systématiquement mis à l’écart de toutes les responsabilités, au Gouvernement, au Congrès, à la Province Sud et dans toutes les commissions et tous les conseils d’administration d’établissements et de sociétés publiques. Notre voix ne peut plus être entendue dans les institutions et nous sommes entravés pour porter le projet de société sur lequel nous nous sommes engagés à l’égard des Calédoniens.

2° La volonté des Calédoniens doit être respectée

Aujourd’hui, ceux qui refusent ma candidature – au sein de la sensibilité non indépendantiste – ne respectent pas le choix des Calédoniens.Ils contribuent, au contraire, au dévoiement de nos institutions.

C’est le cas de la candidature de Simon Loueckhote, initiée par Pierre Frogier, avec qui, comme il l’a reconnu, « il a longuement parlé », à défaut d’avoir parlé avec Philippe Gomès… Avec 2 élus sur 54, Simon Loueckhote n’a en effet, pour se présenter à la présidence du congrès, aucune autre légitimité que le soutien du RUMP et de l’Avenir Ensemble d’Harold Martin, c’est-à-dire de partis sanctionnés par les électeurs.

Dès le 20 juillet, Calédonie Ensemble avait proposé ma candidature à la présidence du congrès, et avait précisé que, quelles que soient les circonstances, cette candidature serait maintenue aux 1er, 2ème et 3ème tours. C’est une manière de donner corps à la légitimité renouvelée et renforcée qui est la notre, depuis le scrutin législatif. C’est une ouverture également à l’égard de la brousse et de la province Nord dont je suis originaireEt c’est une fierté pour moi que d’incarner cette ouverture au nom de Calédonie Ensemble et d’Une province pour tous.

Et, en tout état de cause, nous avions annoncé que nous ne nous prêterions à aucune combine politicienne.

Personne ne sera dupe : si Roch Wamytan est réélu, c’est que cela arrange Pierre Frogier. C’est une manière de garder un pied dans la coalition, sans dire véritablement qu’on en fait toujours partie.

En tout état de cause, les Calédoniens savent parfaitement qui a installé Roch Wamytan à la tête du congrès et qui ils ont sanctionné lors des législatives.

La mission du congrès, c’est de travailler pour le pays. Les Calédoniens attendent que leurs élus travaillent ensemble, en bonne intelligence et en totale transparence. L’intérêt général impose que l’institution puisse retrouver sa stabilité, en respectant la représentativité des mouvements politiques et l’expression démocratique du peuple. Ce ne sera pas le cas si, le 29 août, après avoir été désavoué par les Calédoniens, Pierre Frogier décide de laisser Roch Wamytan à la tête du congrès.

À voir aussi :

Philippe Gomès : « Nous voulons une déclaration solennelle sur le patrimoine commun des Calédoniens »

( 30 novembre 2017 ) Source : Libération.fr Philippe Gomès, député représentant des loyali…