Accueil VU SUR LE WEB LUREL SAUVE LA DEFISCALISATION

LUREL SAUVE LA DEFISCALISATION

Budget en hausse présenté vendredi

“On peut vouloir la morale, moi je suis ministre et je cherche des fonds !” Victorin Lurel a ainsi averti tous ses amis socialistes opposés à la défiscalisation. Car en présentant son budget de la mission outre-mer, vendredi, le ministre avait plutôt de quoi se réjouir : 2, 2 milliards d’euros, en hausse de 4, 5 % en autorisations d’engagement et de 5% en crédits de paiement. La mission emploi outre-mer croit de 7 % (4% en crédits de paiement) à 1, 4 milliard dont 1, 157 en allégements de charges pour 70 000 entreprises. Le service militaire adapté voit son enveloppe pour accueillir et loger 6000 stagiaires d’ici 2015 passer de 19 à 28 millions d’euros. Mais avec un budget de fonctionnement inchangé à 74 millions, il devra former 3000 stagiaires de plus.

L’ADOM, l’agence de formation et de mobilité, est dotée pour financer 100 000 déplacements et 4600 mesures nouvelles de formation.

La mission conditions de vie outre-mer est aussi en hausse de 0, 6 % avec 811 millions.

La ligne budgétaire unique destinée au logement est remontée de 214 à 227 millions en crédits de paiement. Par ailleurs, une nouvelle enveloppe de 50 millions est débloquée pour l’investissement public (pour des projets sanitaires, sociaux, routiers ou environnementaux) sur les 500 millions promis pour le développement économique par le candidat Hollande. Enfin, “une déclinaison spécifique” de la banque publique d’investissement est là pour garantir l’ensemble des prestations offertes dans l’Hexagone”.

Promesse d’évaluation

Mais c’est sur la défiscalisation que le ministre s’est appesanti. Car si le projet de loi 2013 a plafonné toutes les niches à 10 000 euros, le plafond pour l’outre-mer reste inchangé à 18 000 euros + 4 % du revenu.

“Ce n’est pas un traitement de faveur, ni un privilège, a clamé Victorin Lurel, mais un choix politique. La défiscalisation est nécessaire malgré les préjugés !” Le ministre a rappelé que la défiscalisation avait rapporté jusqu’à 4, 8 milliards d’investissements outre-mer les bonnes années, plus réellement 1, 5 à 2 milliards. Il a cité les 425 millions défiscalisés en 2012 au titre du seul investissement industriel Girardin dont 330 ne concernent que la seule usine de nickel dans la Province Nord de Nouvelle-Calédonie…

Anticipant les charges des adversaires de la défiscalisation, le ministre s’est engagé à faire une évaluation, “y compris de la doctrine administrative de Bercy, et voir ce qui pourrait remplacer ce système de financement et permettre une sortie de la défiscalisation”. Mais il a d’ores et déjà prévu de battre le rappel de tous les parlementaires d’outre-mer lorsque ce sujet si controversé viendra devant les assemblées.

FXG (agence de presse GHM

À voir aussi :

Rentrée au palais Bourbon

( 24 juin 2017 ) Quelques jours après leur victoire aux élections législatives, Philippe G…