Accueil ACTUALITÉS NÉAOUTYINE PRÉCISE QUE LA SORTIE DE L’ACCORD CE N’EST PAS 2014, C’EST 2018 !

NÉAOUTYINE PRÉCISE QUE LA SORTIE DE L’ACCORD CE N’EST PAS 2014, C’EST 2018 !

Si la parole du leader du Palika est rare, elle n’en est pas moins lourde de sens pour les observateurs politiques. A l’issue du dernier congrès de son mouvement, Paul Néaoutyine a fait plusieurs déclarations publiques qui nous paraissent particulièrement intéressantes.

– En ce qui concerne l’indépendance :

«  Pour nous, l’indépendance, ce n’est pas marcher à pied ni avoir le ventre vide. » (LNC, 03/11/12)

« Ceux qui disent “En 2014, on devient indépendants !” racontent des histoires aux gens ! » (LNC, 05/11/12)

On constate que le Palika tacle sévèrement ceux qui – dans son propre camp – font croire à une partie de la population que l’indépendance se jouera en 2014. Contrairement à Pierre Frogier et son allié LKU, Paul Néaoutyine ne fait pas de 2014 une date butoir et confirme ainsi que la seule échéance fixée par l’Accord de Nouméa c’est 2018, date à laquelle l’Etat doit organiser un référendum sur l’indépendance. Cette attitude responsable est plutôt rassurante pour toutes celles et tous ceux qui ont pu dernièrement être heurtés par les propos outranciers des indépendantistes les plus radicaux.

– Sur la coalition et l’exercice des responsabilités :

« On voit des ressortissants de chez nous (indépendantistes, Ndlr) se rapprocher de responsables de la droite, pour soi-disant partager des postes, et trouver une autre solution. » (…)

« Nous allons leur proposer (…) de rompre avec les pratiques de marchandage. » (…)

« Le gouvernement fonctionne par la collégialité, il n’y a pas de dossiers. Le Congrès, s’il n’y a pas de dossiers qui arrivent du gouvernement, il va réunir les commissions sur quoi ? C’est confus, car à la fois rien n’est vraiment bloqué institutionnellement, mais il n’y a pas de travail. » (LNC, 05/11/12)

Ainsi, le Palika, comme par le passé, n’hésite pas à condamner l’alliance politique contre-nature RUMP/UC/PT. Il constate également la paralysie du gouvernement actuel et son incapacité à répondre aux attentes des Calédoniens, du fait des revirements politiques des responsables de la coalition sanctionnés par le verdict des urnes, en juin dernier.

– A propos du prochain comité des signataires :

« J’ai été surpris d’entendre que l’Union calédonienne, éventuellement, est en train de réfléchir sur un boycott ou non. » (…)

« Au Comité, nous voulons traiter les sujets mis en place par cette instance. C’est-à-dire les travaux des comités de pilotage. Ensuite, a-t-on instauré quelque chose pour décider du nom du pays et du drapeau ? » (LNC, 05/11/12)

Paul Néaoutyine condamne clairement, à la fois la stratégie du « boycott » utilisée par l’UC dans les discussions sur l’avenir, au sein du COPIL, et celle mise en œuvre par le RUMP, dans le cadre du CSI. Il se rapproche, en revanche, de Calédonie Ensemble dans sa volonté de respecter l’Accord de Nouméa en recherchant en commun un drapeau qui puisse être reconnu par tous.

– Sur l’initiative politique de Calédonie Ensemble concernant le changement du gouvernement :

« Soit Calédonie Ensemble démissionne pour remettre en place une pratique collégiale (…) s’il y a l’accord des autres groupes. S’il n’y a pas l’accord, je suppose qu’ils vont utiliser la motion de censure. Et nous verrons bien qui veut que ce gouvernement qui ne travaille pas, reste ou soit bloqué par cette action. » (LNC, 05/11/12)

Au total, pour le Palika, le changement de gouvernement permettrait bien, comme Calédonie Ensemble le soutient, de restaurer une stabilité institutionnelle fondée sur le respect de l’Accord de Nouméa en réaffirmant les principes de collégialité et de proportionnalité au sein de l’exécutif

Ce nouvel élan, que Calédonie Ensemble appelle de ses vœux, permettrait au gouvernement de la Nouvelle-Calédonie de se remettre au travail pour effectuer les réformes dont le pays a besoin. 

À voir aussi :

Blocage du gouvernement : Les conséquences dramatiques pour le pays

( 23 octobre 2017 ) 24 heures avant la réunion du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie, c…