Accueil ACTUALITÉS GOUVERNEMENT: SE RETROUVER SUR L’ESSENTIEL OU CAUTIONNER L’INACTION ?

GOUVERNEMENT: SE RETROUVER SUR L’ESSENTIEL OU CAUTIONNER L’INACTION ?

Le 23 octobre, notre Conseil politique a fait plusieurs constats importants sur la situation politique du pays :

  • –  Calédonie Ensemble, désormais première force politique du pays, reste tenu à l’écart des principales responsabilités institutionnelles, en étant maintenu dans un rôle subalterne au Gouvernement, écarté de l’exécutif de la Province Sud et exclu de tous les conseils d’administration publics du pays .
  • –  le Gouvernement est totalement paralysé dans la mise en œuvre des réformes économiques et sociales nécessaires au pays : inaction contre la vie chère, gel de la réforme fiscale, abandon des programmes d’habitat social, absence de financement pérenne de la protection sociale, etc…
  • –  la coalition RUMP – UC – Parti Travailliste accuse un bilan désastreux au regard de l’application de l’accord de Nouméa, du respect de la démocratie et de la construction du destin commun.Jugeant cette situation très préoccupante, le Conseil politique a décidé que notre mouvement devait prendre une initiative pour sortir le pays de la crise. Il a demandé à ses élus d’ouvrir des discussions avec les groupes politiques du Congrès, afin de préparer la formation d’un nouveau gouvernement permettant de restaurer la stabilité politique de nos institutions et de donner un nouvel élan aux réformes nécessaires à la cohésion du pays.Trois principes ont été actés comme base de ces discussions :
    • –  le rétablissement d’un dialogue constructif entre indépendantistes et non-indépendantistes
    • –  la présentation, pour l’élection du nouveau gouvernement, d’une liste unique entre mouvements non indépendantistes, afin de conforter leur représentation au sein de l’exécutif du pays ;
    • –  la définition d’une plate-forme de réformes prioritaires, à mener à bien avant la fin de la mandature en cours.
Nos élus ont, dès le lendemain, saisi les différents groupes du Congrès et leur ont adressé un projet de plate-forme politique, sous la forme d’une liste de 12 chantiers nécessaires à la mise en œuvre complète de l’Accord de Nouméa et de 12 réformes économiques, sociales et culturelles prioritaires.

Ils ont rencontré, informellement, plusieurs responsables des autres groupes politiques. Tous, sans exception, se sont déclarés favorables, à titre individuel, aux discussions proposées. Tous ont considéré qu’il était nécessaire de restaurer un dialogue constructif entre indépendantistes et non indépendantistes, pour sortir d’une crise qui empêche toute réforme.

Mais les appareils politiques à l’origine de la coalition majoritaire au gouvernement, eux, refusent de reconnaitre publiquement la nécessité de mettre fin à cette coalition. A fortiori parce que Calédonie Ensemble le propose…

Ainsi, seul le Palika a accepté de tenir une rencontre officielle avec nous :

  • –  le RUMP a publiquement rejeté l’idée de discussions, de même que celle d’une liste unique pour la formation d’un nouveau gouvernement. Pierre Frogier a ainsi déclaré, le 25 octobre : « Il n’y a aucune raison de faire tomber le gouvernement. La Calédonie n’est pas en crise et l’exécutif travaille » (LNC), ainsi que : « Si jamais le gouvernement devait tomber, le Rassemblement fera en sorte de réunir les mouvements politiques qui, lors de l’élection du président du Congrès, ont soutenu la candidature de Simon Loueckhote » (Radio Djiido)
  • –  L’UC n’a donné à ce jour aucune suite officielle à notre proposition. Un courrier serait en préparation, précisant que les élus de ce mouvement n’entendent pas évoquer l’hypothèse d’un changement de Gouvernement, tout en se déclarant intéressés à discuter de notre projet de plate-forme.

    Cette posture est regrettable pour le pays. D’une part, parce que tout le monde ressent la nécessité objective de tourner définitivement la page d’une parenthèse politique sanctionnée par la majorité des calédoniens en juin dernier. D’autre part, parce que, face à la capacité qu’ont les indépendantistes à présenter des candidatures uniques lors des échéances importantes, il est impératif que les non- indépendantistes puissent, eux aussi, se rassembler sur l’essentiel.

    Puisque nous avions placé notre initiative dans le cadre d’une démarche concertée avec les autres groupes politiques, préalablement à toute décision de renversement du gouvernement, nous allons réunir à nouveau notre Conseil politique, comme nous l’avions prévu et annoncé le 23 octobre. Lors de cette réunion, prévue le 14 novembre prochain, nous examinerons la suite à donner à notre initiative.

À voir aussi :

3ème tournée du bus de la condition féminine

( 11 au 24 mai 2017 ) Nicole Robineau : « 3ème tournée du bus de la condition féminine « A…