Accueil FOCUS MÉDIA ÇA SE FISSURE !

ÇA SE FISSURE !

Décryptage des médias – novembre 2012

Ce 8 novembre, les Calédoniens découvrent dans la presse ce dont ils se doutaient un peu depuis les législatives : ça ne va plus très fort au RUMP ! Sous le titre « Fracture au Rassemblement », Les Nouvelles dévoilent les dessous de l’actualité au Rassemblement-UMP. Et de toute évidence, certains se lâchent !

« Nous avons tendu la main aux indépendantistes, et en retour, on s’est pris un bras d’honneur, explique un proche de Gaël Yanno. Nos électeurs ont bien vu que nos concessions étaient unilatérales. En conséquence de quoi nous avons subi une défaite historique ».

L’analyse est pertinente mais incomplète : les indépendantistes ne sont pas les seuls à avoir fait un « bras d’honneur » à Pierre Frogier : les électeurs aussi !

Dans cet article, les Nouvelles soulignent donc que la stratégie du sénateur Frogier de rapprochement avec l’UC de Charly Pidjot a été durement sanctionnée par le suffrage universel et pourrait à terme provoquer la fracture du RUMP. « Au départ, écrit le journaliste, ce n’était qu’une divergence de vues comme il en existe dans chaque parti politique. Depuis la défaite des élections législatives, c’est en passe de devenir une véritable fracture qui pourrait, à terme, provoquer une scission au sein du Rassemblement ».

Le journaliste confirme toutefois qu’en dépit de la défaite et de son ampleur, Pierre Frogier n’entend nullement se remettre en cause. « Malgré la défaite des deux candidats du Rassemblement aux élections législatives de juin dernier, Pierre Frogier et ses proches, au premier rang desquels on retrouve Éric Gay et Cynthia Ligeard, ne remettent pas en cause le cap fixé ».

Face au clan Frogier, il y aurait donc Yanno et les siens : Pierre Bretegnier, Sonia Backes ou Gil Brial, explique l’article des Nouvelles Calédoniennes qui souligne que « pour eux, le Rassemblement ne doit sa défaite qu’à lui-même ».

Le quotidien, qui de toute évidence a obtenu ses informations via les proches de Gaël Yanno, évoque la solutions préconisée par ces derniers qui est de « ressusciter l’entente républicaine de 2009 avec Calédonie ensemble ».

Mais il y a un Hic car Pierre Frogier, écrit le journaliste, « ne veut pas en entendre parler, convaincu qu’à terme, sa politique recevra l’assentiment des électeurs et va dans le sens de l’histoire. De plus, Philippe Gomès est un homme infréquentable ».

Et l’article des Nouvelles de donner rendez-vous à tout le monde au congrès du RUMP prévu pour le 15 décembre. « Ce congrès sera soit l’occasion de trancher le débat, soit celle d’afficher au grand jour les divisions, par un possible boycott de l’ensemble du camp Yanno ».

Le journaliste conclut son article en émettant une hypothèse, qui pourrait se révéler être une ultime pirouette des responsables du RUMP, selon lesquels le rendez-vous de décembre serait « tout simplement reporté à l’année prochaine, faute d’accord entre les différents responsables du mouvement sur l’ordre du jour ».

Encadré

Notons enfin que sous le titre « Calédonie ensemble en arbitre ? », les Nouvelles publient un encadré, qui met en exergue les positions des uns et des autres au sein du RUMP face aux propositions de Calédonie Ensemble de faire chuter le gouvernement Martin et de reconstituer une majorité avec les autres sensibilités du camp non indépendantiste.

Les Nouvelles rappellent ainsi que Pierre Frogier, « en cas de chute avérée de l’exécutif, a appelé au regroupement des élus non indépendantistes du Congrès qui avaient soutenu la candidature de Simon Loueckhote face à Gérard Poadja. Donc tous, sauf ceux de Calédonie ensemble ».

L’encadré des Nouvelles souligne ensuite que dans une intervention sur les ondes de Radio Océane, « Gaël Yanno a appelé, dans la même éventualité, au regroupement dans un nouveau gouvernement « de ceux qui souhaitent le maintien de la Calédonie dans la France ».

Les Nouvelles concluent que si « l’appel du pied à Calédonie ensemble était clair. Mais il n’a sans doute pas été prononcé assez fortement (au beau milieu d’une longue interview, en plein pont de la Toussaint) pour convaincre le parti de Philippe Gomès d’aller au bout de son entreprise ».

À voir aussi :

11ème congrès de Calédonie Ensemble : Pour une Calédonie dans la France, aux couleurs de la paix

C’est au Kuendu Beach que Calédonie Ensemble a tenu son 11ème congrès. Un congrès au cours…