Accueil RÉFLEXION SPÉCIAL ÉTÉ : LES BRÈVES

SPÉCIAL ÉTÉ : LES BRÈVES

Calédonie Ensemble, boîte à idée du Gouvernement ?

En octobre 2012, lors des débats sur la loi vie chère, les députés Calédonie Ensemble ont défendu le plafonnement des frais bancaires pour la Nouvelle-Calédonie et la Polynésie Française. Les parlementaires ultra-marins en ont profité pour étendre ce projet aux DOM. Dernièrement, lors de ses vœux à l’outre-mer, le Président de la République a indiqué qu’il « veillerait, avec Victorin Lurel, à ce que ce que nous avons décidé pour les tarifs bancaires et pour la téléphonie puisse se mettre en œuvre. »

Ainsi, la baisse des tarifs bancaires – qui ne faisait pas partie du projet initial du gouvernement – est devenue aujourd’hui l’une des priorités de François Hollande pour l’outre-mer.

De l’aide après FREDA

 

S’agissant des dégâts causés par FREDA, le congrès sera bientôt saisi par d’autres villages que ceux de Canala, Thio, Houailou et Kouaoua. Alors que, le 24 janvier prochain, une aide financière doit être débloquée par une décision modificative du budget, d’autres communes devraient également demander aux élus une aide exceptionnelle.

La commune de Poya doit être l’une d’entre elles.

Aides du gouvernement : quels critères ?

Sur le même sujet, dans un entretien aux Nouvelles Calédoniennes Thierry Song s’étonne des critères d’attribution des aides du gouvernement suite au passage du cyclone. Le maire de Thio  déclare : « On ne sait pas vraiment sur quels critères ils ont choisi les quatre communes à aider (…), ni pourquoi tout le monde a pareil alors que certaines ont été finalement peu touchées… » (LNC, 19/01/13)

Faut-il croire que l’attribution de ces aides n’a pas été faite de façon sérieuse et objective ?

 

Gomès interpelle le gouvernement sur le financement de l’économie calédonienne

Jeudi dernier le ministre Lurel a longuement reçu Philippe Gomès. Au programme de cet entretien : l’aide aux communes sinistrées suite au passage de Freda, la télé de propagande RUMP/UC et le financement de l’économie calédonienne. Sur ce dernier sujet, le député a demandé au ministre quelles seront les réponses du Gouvernement tout d’abord sur le dispositif de défiscalisation après la censure du conseil constitutionnel et ensuite sur le manque de liquidités des banques calédoniennes. Celui-ci entraine, en effet, une restriction des crédits qui, in fine, pénalise l’investissement et la consommation des ménages.

Afin de répondre à cette problématique, une réunion de travail entre les services du ministère et Philippe Gomès se déroulera à la fin du mois de janvier.

.

À voir aussi :

Rentrée au palais Bourbon

( 24 juin 2017 ) Quelques jours après leur victoire aux élections législatives, Philippe G…