Accueil ACTUALITÉS LE CSA AUTORISE LE PROJET DE TÉLÉVISION DE PROPAGANDE RUMP/UC: UNE DÉCISION SCANDALEUSE

LE CSA AUTORISE LE PROJET DE TÉLÉVISION DE PROPAGANDE RUMP/UC: UNE DÉCISION SCANDALEUSE

Conférence de presse du lundi 28 janvier 2013

Le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel a décidé, le 22 janvier dernier, d’autoriser les deux projets de télévisions locales. Ces deux projets vont être, de facto, financés par les collectivités et donc par les impôts des Calédoniens.

Cette décision est proprement scandaleuse.

Elle est scandaleuse parce que dans le contexte actuel de restriction budgétaire et de vie chère, dépenser près de deux milliards de francs par an pour deux télévisions constitue une aberration.

Elle est scandaleuse parce que le CSA qui a maintenu neuf années durant le cadenassage du paysage radiophonique du pays vient de verrouiller, cette fois-ci, le paysage télévisuel calédonien.

Elle est scandaleuse parce que le projet NC9, qui vient d’avoir l’autorisation d’émettre, n’est rien de moins qu’une télévision de propagande au service de deux partis politiques qui se partagent le pouvoir au sein de la coalition: le RUMP et l’UC.

Elle est scandaleuse parce qu’à la différence de NCTV, le projet NC9 est porté par une structure politique et est fortement accès sur l’information. C’est une heure chaque jour qui sera consacrée aux deux journaux télévisées de NC9 quand la chaîne NCTV prévoit, elle, un journal quotidien de six minutes seulement. Avec plus d’un quart de son temps d’antenne (27%) consacré à l’information et une programmation de celle-ci en prime time, la raison d’être de la télé de propagande de la coalition RUMP-UC prend tout son sens à la veille des élections de 2014.

Cette décision est scandaleuse.

Parce que ce projet conforte l’apartheid identitaire. Dans la continuité du drapeau tricolore pour les uns et du drapeau du FLNKS pour les autres, d’un logement social pour les uns et d’un squat pour les autres, les tenants de la « double légitimité » reproduisent un schéma contraire à l’esprit de l’accord de Nouméa et à la construction du destin commun au moyen de cette rédaction bicéphale, bipolaire et partisane.

Cette décision est scandaleuse.

Parce que le montage financier actuel de ce projet est contraire à celui qui avait été présenté devant le CSA. De plus, les accords de financement qui auraient été conclus, selon Elizabeth NOUAR, entre NC9 d’une part et la Province Sud, le gouvernement, la mairie de Nouméa et l’OPT, d’autre part, ne valent rien. De fait, ni l’assemblée de la Province Sud, ni le gouvernement, ni le conseil

municipal de Nouméa, ni le conseil d’administration de l’OPT n’ont pris le moindre engagement à ce sujet…

Cette décision est scandaleuse.

Car la neutralité politique des programmes de cette télévision de propagande ne s’exercera pas. Ainsi, la vice-présidente de l’association qui gère NC9, Elizabeth NOUAR, entend – comme sur la radio RRB dont elle est la rédactrice en chef – laisser s’exprimer ce qu’elle appelle la « légitimité loyaliste», c’est-à-dire les non- indépendantistes à l’exception de Calédonie Ensemble… mais aussi du RUMP de Gaël YANNO ! Si bien que – comme sur RRB – c’est uniquement la ligne du RUMP de Pierre FROGIER qui pourra s’exprimer sur cette chaîne financée par des fonds publics. Seuls ceux qui lui ont fait allégeance, Harold MARTIN, Didier LEROUX et quelques autres, auront – comme sur RRB – libre accès à l’antenne.

Cette décision est scandaleuse.

car elle est l’œuvre de membres du CSA dont les accointances multiples au plan politique et personnel avec Pierre FROGIER, Christian PROST et Elizabeth NOUAR, sont connus de longue date et ont, au final, pesé très lourd. C’est le cas notamment d’Alain MEAR qui s’est personnellement beaucoup impliqué depuis deux ans pour permettre à ce projet de voir le jour envers et contre tout.

Enfin, cette décision est scandaleuse.

Car elle a été managée par trois membres du CSA qui ont offert cet ultime cadeau à leurs amis du RUMP à la veille du jour où ils ont quitté leur fonction. Quelle est la légitimité d’une décision prise par une autorité dont 1/3 des membres est remplacé deux jours après ?

***

Nous rappelons une nouvelle fois que l’affectation de fonds publics à des médias destinés à de la propagande politique, dirigée, directement ou indirectement, par des partis politiques est, en effet, sanctionnable sur un plan pénal, pour les auteurs de l’infraction, comme pour les complices.

C’est pourquoi, parce que nous avons une certaine idée de la liberté d’expression et de la démocratie dans notre pays, Calédonie Ensemble mettra en œuvre tous les moyens juridiques, institutionnels et judiciaires en sa possession pour faire obstacle à cette décision.

Déjà, le député Philippe Gomès demandera à être reçu dès que possible par le nouveau président du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel afin de lui exposer la situation attentatoire à la liberté d’information et d’expression dans laquelle se trouve notre pays.

Venez découvrir la chaîne Caledonie Ensemble suret abonnez-vous pour suivre l’actualité !

À voir aussi :

Soirée de remerciements du comité des Îles

( 15 décembre 2017 ) Philippe Dunoyer : « A l’aube des fêtes de fin d’année, j’ai eu le pl…