Accueil ACTUALITÉS CRISE DU LOGEMENT ET LICENCIEMENTS DANS LE BTP: MERCI PIERRE FROGIER !

CRISE DU LOGEMENT ET LICENCIEMENTS DANS LE BTP: MERCI PIERRE FROGIER !

Communiqué du jeudi 14 février 2013

Le Rassemblement-UMP s’est toujours opposé au logement social…

Dès son élection à la tête de la province Sud en 2009, Pierre Frogier a réduit la production de logements sociaux de deux tiers, en supprimant les crédits alloués à la SIC et au FSH, pour les réorienter sur son projet de régularisation des squats.

Sous son impulsion, la commande provinciale est passée de 1.000 logements sociaux neufs en 2007 et 2008, à 230 unités par an.

Cette décision est absolument catastrophique pour le secteur du BTP, parce qu’au-delà des subventions provinciales, les bailleurs sociaux bénéficient aussi de subventions de l’Etat, de la défiscalisation nationale et d’emprunts à taux bonifiés, pour produire ces logements.

Au total, la perte de chiffre d’affaires qui en découle pour le secteur du bâtiment s’élève à 15 milliards par an ! Les entreprises  de construction ont déjà commencé à licencier du personnel ou à mettre fin aux contrats en CDD et en intérim. Globalement, près de 2.000 emplois sont menacés…

Au-delà de ses conséquences pour le BTP, la décision de Pierre Frogier est également catastrophique pour le marché du logement,

car en stoppant la construction de logements sociaux, alors que la population de l’agglomération continue d’augmenter, la pénurie de logements s’aggrave, ce qui tire tous les prix de vente et de location à la hausse.

Depuis le 29 décembre 2012, une nouvelle source d’inquiétude est apparue : le Conseil Constitutionnel a fortement diminué le plafond de déduction fiscale dont peuvent bénéficier les contribuables métropolitains qui investissent outre-mer.

Le MEDEF a été le premier à s’en émouvoir, par la voix de son co-président, Daniel Ochida, notamment sur Radio NC 1ère (« Le contribuable métropolitain n’aura presque plus de raison de venir investir en Nouvelle-Calédonie (…) c’est dramatique pour les investissements » – 29/01/13) et  sur Océane FM (« Ce coup de rabot du conseil constitutionnel (…) je pense que ça a un impact très important pour l’économie calédonienne, et que ça s’en ressentira » – 31/01/13).

Mais un détail semble avoir échappé au MEDEF :

Pierre Frogier et Hilarion Vendegou portent une responsabilité directe dans cette décision, puisqu’ils font partie des sénateurs qui ont saisi le Conseil Constitutionnel de cette demande de réduction de la défiscalisation outre-mer (cf. lien).

Une nouvelle initiative absolument calamiteuse dont les calédoniens risque de payer  lourdement le prix !

Au bilan, tous les chefs d’entreprises, salariés et sous traitants du BTP qui sont aujourd’hui menacés de chômage, ainsi que tous les Calédoniens qui peinent à se loger correctement et à boucler leurs fins de mois savent à qui ils peuvent adresser leurs remerciements…

 

À voir aussi :

Examen à l’Assemblée nationale du Projet de loi relatif à l’orientation et à la réussite des étudiants : Philippe Gomès se prononce contre la motion de renvoi en commission

( 12 décembre 2017 ) Ce mardi, les députés ont débuté l’examen du projet de loi relatif à …