Accueil ASSEMBLÉE NATIONALE LOI SUR L’ÉCOLE (1): LE DÉPUTE GOMES SOUHAITE ABORDER LE FOND DU PROBLÈME

LOI SUR L’ÉCOLE (1): LE DÉPUTE GOMES SOUHAITE ABORDER LE FOND DU PROBLÈME

gomes

Lundi 11 mars 2013, lors de l’examen de la loi sur la refondation de l’école, le député Gomès est intervenu en séance, au nom de l’UDI,  pour soutenir la demande de renvoi en commission du texte de loi sachant que les réformes mises en place par la majorité précédente n’avaient encore été ni évaluées ni même mesurées.


Retrouvez ci-dessous la retranscription complète de l’intervention de Philippe Gomès ci-après:

Mme la présidente. La parole est à M. Philippe Gomes, pour le groupe de l’Union des démocrates et indépendants.

M. Philippe Gomes.

Mes chers collègues, le groupe UDI soutient cette motion de renvoi en commission pour une simple raison…

M. Bernard Roman. Rejoignez donc l’UMP, vous êtes d’accord sur tout !

M. Philippe Gomes.

Pourrais-je m’exprimer, ou pensez-vous que l’ombre n’a pas le droit de faire entendre sa voix à la lumière qui est en train d’illuminer l’hémicycle ?

Mme la présidente. Seul M. Gomes a la parole.

M. Philippe Gomes.

Une refondation qui fait l’impasse sur le collège et l’orientation, qui est aujourd’hui majoritairement subie plutôt que choisie, ce n’est pas une refondation.
Parler d’une refondation sans évoquer le lycée, sans faire une première évaluation de la réforme des lycées, du poids des options qui aujourd’hui sont coûteuses dans notre système scolaire, sans apporter véritablement quelque chose, ce n’est pas une refondation.
Parler d’une refondation sans refonder véritablement les relations entre l’école et l’entreprise, sans évoquer les filières professionnelles et technologiques, ce n’est pas une refondation.
Parler d’une refondation sans faire le lien entre l’enseignement secondaire et l’enseignement supérieur, alors que le taux d’échec est énorme dans les deux premières années d’enseignement supérieur, ce n’est pas une refondation.
Parler d’une refondation, cela fait joli, c’est beau ; mais ce sont les structures même de notre école de la République qu’il faut repenser. En effet, si cette école a été le creuset de la nation, c’est parce qu’elle a permis le rétablissement de l’égalité des chances. Cette mission première, qui est la promesse républicaine par excellence, n’est plus assurée aujourd’hui.
En 1989, on a créé les cycles. En 2005, on a créé le socle commun de connaissances et de compétences. Que crée-t-on aujourd’hui, alors que les cycles et le socle sont toujours lettre morte ? Un renvoi en commission est donc nécessaire pour véritablement aborder le fond des problèmes. (Applaudissements sur les bancs des groupes UDI et UMP.)

Venez découvrir la chaîne Caledonie Ensemble suret abonnez-vous pour suivre l’actualité !

À voir aussi :

Tempête dans la mangrove

( 17 novembre 2017 ) Le 14 octobre dernier, lors de la réunion du conseil municipal de Nou…