Accueil RÉFLEXION DÉLINQUANCE DES MINEURS : LA JUSTICE S’INQUIÈTE

DÉLINQUANCE DES MINEURS : LA JUSTICE S’INQUIÈTE

Dans le discours qu’elle a prononcé lors de l’audience solennelle de rentrée du 7 mars, madame le Procureur général, Annie BRUNET-FUSTER, a longuement évoqué la délinquance des mineurs. En voici quelques extraits qui soulignent que la « cannabiculture » ne doit pas être érigée en système ni banalisée, que si la délinquance des mineurs est majoritairement kanak elle concerne toute la population, que seule l’union de tous les acteurs notamment politique parviendra à modifier la situation, mais que dans l’immédiat rien n’est fait ! 

Annie BRUNET-FUSTER, Procureur général :

« Les déserts économiques et sociaux de certains points du territoire ne sauraient valider la manne désastreuse que représente le cannabis » ( Séance solennelle – tribunal, 07/03/13 )

Annie BRUNET-FUSTER, Procureur général :

« Si la jeunesse kanak est en effet en danger, si la délinquance des mineurs est majoritairement kanak, il importe de constater que d’autres ethnies du territoire sont aussi concernées ». ( Idem, 07/03/13 )

Annie BRUNET-FUSTER, Procureur général :

« Sur un sujet aussi déterminant pour l’avenir du territoire, toutes propositions si judicieuses soient-elle, seront insuffisantes et inefficaces, tant qu’elles ne résulteront pas d’un véritable partenariat institutionnel ». ( Idem, 07/03/13 )

Annie BRUNET-FUSTER, Procureur général :

« Avant toute prise de décision, les magistrats ont besoin de rapports sur le mineur, son environnement etc… Or,  ils font le constat fréquent que les rapports éducatifs nécessaires à leur décision ne sont pas déposés (…/…) Tant les services provinciaux que territoriaux ont été alertés sur, ce que l’on doit appeler cette défaillance, sans résultat positif à ce jour ». ( Idem, 07/03/13 )

À voir aussi :

LesEchos : En Nouvelle-Calédonie, le sort de l’usine de Vale en suspens

( 17 août 2017 ) Le devenir de l’usine métallurgique du géant brésilien ne tient plus qu’à…