Accueil FOCUS MÉDIA AIDES AUX ETUDIANTS : LES CLASSES MOYENNES OUBLIEES

AIDES AUX ETUDIANTS : LES CLASSES MOYENNES OUBLIEES

Pognon province sudPhilippe Gomès : « C’est un scandale, ce projet (…) Les élus de l’assemblée de la province, ils gagnent 600 mille balles par mois. Vous trouvez normal que des élus touchent une aide de 120 mille francs parce que leur enfant va en métropole ? Alors qu’on a des classes moyennes dans le pays, qui gagnent, au niveau du foyer, entre 350 et 500 mille FCFP et qui, elles, sont exclues du bénéfice des bourses ? Vous voyez le problème de ces classes moyennes calédoniennes, c’est qu’elles sont pas assez pauvres pour pouvoir être boursières, et qu’elles sont pas non plus assez riches pour pouvoir payer leurs études à leurs enfants. La vraie injustice calédonienne, elle est là, aujourd’hui, et ce qu’on aurait pu faire, ce matin, au lieu d’attribuer, comme des petits bonbons, des chèques de 120 mille à ceux qui ont les moyens de payer leurs études à leurs gosses, c’est relever le plafond de ressources. » (RDK, 29/03/13)

.

Cynthia Ligeard : « Moi-même, je suis maman. La première fois que mon gamin est parti, c’est sûr, il avait 20 ans, et puis j’ai eu la chance de pouvoir l’emmener à plusieurs reprises en vacances, mais là, il partait tout seul. (…) Ce qu’on veut faire, c’est rassurer les parents qui se disent que leur enfant, il est pas abandonné quelque part au milieu de nulle part. » (RDK, 29/03/13)

.

Qu’on se rassure donc : désormais les enfants des élus auront, eux-aussi, le droit à un chèque de la Province Sud. Au moins ils ne se sentiront plus « abandonnés au milieu de nulle part. »

.

Journaliste : L’une des critiques qui est faite à ce dispositif, c’est qu’il va pouvoir bénéficier aux étudiants dont les parents ont des revenus élevés. Pourquoi est-ce que vous n’avez pas prévu un plafond de ressources pour attribuer cette aide ?

Gérard Malaussena (Directeur de l’éducation de la province Sud) : « Dès lors que l’on place un plafond, on fait autant de mécontents que de satisfaits, et que par ailleurs, cette aide destinée à encourager aux études, y compris ceux de familles plutôt aisées qui étaient plutôt réticentes à un tel départ. Donc, c’est un encouragement à toutes les familles, de telle manière que la jeunesse se forme. » (RRB, 02/04/13)

C’est sûr que dès qu’on met un plafond à l’octroi des aides, il y a des mécontents. Et, en période pré-electorale ça serait vraiment dommage d’avoir des mécontents…

 

.

À voir aussi :

Philippe Gomès : « J’ai demandé un rendez-vous au président de Vale-monde »

( 20 juillet 2017 ) En déplacement à Paris, le député Philippe Gomès a été reçu à Matignon…