Accueil ACTUALITÉS DRAPEAU COMMUN: MERCI AUX CALÉDONIENS!

DRAPEAU COMMUN: MERCI AUX CALÉDONIENS!

Drapeau commun

Communiqué de presse du 9 avril 2013

Il y a deux ans exactement, Le 9 avril 2011, 5000 Calédoniens sont descendus dans la rue pour affirmer leur attachement à la recherche d’un drapeau commun. Calédonie Ensemble, qui s’était opposé, dès l’origine, c’est-à-dire en février 2010, à la proposition de Pierre FROGIER de faire flotter côte à côte le drapeau du FLNKS et le drapeau tricolore, avait contribué de manière forte à cette marche.

Calédonie Ensemble est le seul mouvement politique à avoir pris des initiatives pour qu’un travail soit engagé en vue de « rechercher en commun un drapeau exprimant l’identité kanak et le futur partagé entre tous » conformément aux dispositions de l’Accord de Nouméa. Dès juillet 2010, au moment où la coalition déposait son vœu visant à hisser le drapeau du FLNKS sur tous les bâtiments publics, Calédonie Ensemble déposait un vœu visant, lui, à la recherche d’un drapeau commun. Ce vœu n’a jamais été inscrit à l’ordre du jour d’une séance du congrès.

En mars 2011, après le renversement du gouvernement Gomès au motif que le drapeau du FLNKS n’était pas hissé sur quatre mairie dont celle de La Foa, nous avons déposé un nouveau vœu en ce sens.

En aout 2011, nous avons repris l’esprit de nos vœux précédents en déposant une proposition de délibération créant une commission spéciale chargée de rechercher en commun le drapeau du pays.

Le 9 avril 2012, à la première date anniversaire de la marche, nous avons déposé une nouvelle proposition de délibération sur le sujet.

Aucun de ces textes n’avait jamais pu être inscrit à l’ordre du jour d’une séance du congrès, la coalition RUMP-UC-PT-AE-Leroux s’y étant, chaque fois, opposée.

Mais en agissant de la sorte, la coalition a méprisé le principal intéressé en la matière : le peuple.

Car les Calédoniens, qui n’avaient jamais pu donner leur avis sur ce sujet si important pour l’avenir de leur pays, ont pu finalement prendre la parole. En accordant leur confiance lors des législatives de juin 2012 aux candidats de Calédonie Ensemble, en sanctionnant les deux candidats de la coalition, ils lui ont adressé un message on ne peut plus clair: le pays ne peut as se construire sans nous. Le peuple n’est pas une variable d’ajustement des stratégies politiques des uns ou des autres.

Parmi les engagements pris par les députés Sonia Lagarde et Philippe Gomès durant la campagne législatives, figurait l’inscription, lors du prochain comité des signataires, de « l’ouverture des discussions sur le drapeau commun, qui doit conformément à l’accord de Nouméa, représenter tous les Calédoniens »

Le 5 décembre 2012, le comité des signataires notait dans ses conclusions « avec  satisfaction » la proposition de Calédonie Ensemble de créer une commission spéciale en charge de réfléchir à l’adoption d’un drapeau reconnu par tous. La délibération de Calédonie Ensemble fut ainsi votée par le congrès le 2 janvier 2013 à l’unanimité – exception faite du Parti travailliste – qui s’y est formellement opposé.

Le 22 mars 2013, la commission spéciale, composée des représentants de chaque groupe et de chaque formation politique du congrès, a été installée. Les quatre vice-présidents Léontine PONGA, Damien YEIWENE, Philippe MICHEL et Nadia HEO ont désormais la responsabilité de l’animer. Parce que le peuple doit faire entendre sa voix, elle doit engager le dialogue le plus large possible en faisant participer la société civile, soit directement, soit au travers des organismes et institutions qui la représentent.

Pour Calédonie Ensemble, l’engagement de ce travail, n’est qu’une étape dans le combat que nous avons entrepris afin de faire respecter les termes de l’Accord de Nouméa. Mais il est aussi le début d’une démarche consensuelle pour faire émerger un signe identitaire dans lequel toutes les communautés de Nouvelle-Calédonie pourront se reconnaitre afin que « les deux sillons parallèles que nous creusons depuis trop longtemps se rejoignent. », « Le drapeau du pays nous offre, de manière symbolique, cette opportunité-là. »

À voir aussi :

Examen du Budget 2018 au Sénat : Gérard Poadja obtient de nouveaux concours financiers de l’État en faveur du Pacifique

( 7 décembre 2017 ) Alors que les Sénateurs examinent actuellement le projet de loi de fin…