Accueil VU SUR LE WEB NOUVELLE-CALÉDONIE: LE DIALOGUE REPREND

NOUVELLE-CALÉDONIE: LE DIALOGUE REPREND

Le FigaroElus locaux et partenaires sociaux discutaient samedi au haut-commissariat de la République pour tenter de trouver une issue à la grève générale contre la vie chère en cours depuis le 15 mai en Nouvelle-Calédonie. Sous l’égide de Jean-Jacques Brot, haut-commissaire, les dirigeants politiques calédoniens toutes tendances confondues, les organisations patronales et les leaders de l’intersyndicale « vie chère » ont entamé des discussions samedi en début d’après-midi.

« On a encore du chemin à faire, les positions sont éloignées », a déclaré à l’AFP David Meyer, secrétaire général de la Fédération des fonctionnaires, avant cette réunion qui regroupait une quarantaine d’interlocuteurs. « Ils veulent une baisse de 15% des prix tout de suite! Ce n’est pas possible », confiait pour sa part un représentant du gouvernement local. Depuis le 15 mai, une intersyndicale regroupant cinq organisations a lancé une vaste mobilisation pour dénoncer le coût de la vie de 35% plus élevé qu’en métropole, le creusement des inégalités et « l’immobilisme des élus locaux ».

« Ce pays n’avance qu’avec le rapport de forces »

Samedi, en raison du blocage des dépôts de carburant, quasiment toutes les stations service de cet archipel très autonome étaient vides, tandis que les accès au port de Nouméa sont occupés par des militants depuis le début de la semaine. Des barrages filtrants sont érigés en plusieurs points sur les routes de l’intérieur, le trafic des compagnies aériennes domestique et internationale est fortement perturbé et les deux hypermarchés de Nouméa sont bloqués. « Ce n’est pas grave, de toute façon ce pays n’avance qu’avec le rapport de forces », a déclaré un client sorti bredouille d’une station essence, alors que le mouvement de l’intersyndicale est plutôt bien perçu dans la population.

L’intersyndicale réclame une « baisse immédiate » des prix, une réforme de la fiscalité, une plus grande transparence des prix des marchandises soumises à un maquis de taxes et un renforcement de la concurrence. La fiscalité et le coût de la vie ont fait l’objet de nombreuses expertises mais les querelles politiques au sein de la droite non indépendantiste et du camp indépendantiste n’ont pas permis de mettre en oeuvre leurs recommandations.

À voir aussi :

Les remerciements des députés Philippe Gomès et Philippe Dunoyer

Très cher(e)s ami(e)s, Ce dimanche 18 juin, 46 301 Calédoniens nous ont accordé leur confi…