Accueil ACTUALITÉS NOUS AVIONS POURTANT BIEN PRÉVENU LE RUMP ET SES ALLIES: LA RÉGULARISATION DES SQUATS EST ILLÉGALE

NOUS AVIONS POURTANT BIEN PRÉVENU LE RUMP ET SES ALLIES: LA RÉGULARISATION DES SQUATS EST ILLÉGALE

Squats province sud

 

Communiqué du 10 juillet 2013

Suite au recours déposé par Calédonie Ensemble, le tribunal administratif a annulé ce matin la délibération destinée à légaliser les squats, adoptée le 27 septembre 2012 par la Province Sud.

Ce jugement n’a pour nous rien d’une surprise puisque, lors de l’adoption de cette délibération, nous avions publiquement dénoncé qu’il s’agissait d’un détournement de pouvoir manifeste de la part du RUMP et de ses alliés, le tribunal administratif ayant déjà annulé, le 13 septembre 2012, une délibération similaire.

g

Nous nous réjouissons donc, bien évidemment, de voir le droit enfin rétabli, et nous tenons à rappeler à nouveau les raisons de fond qui nous opposent au RUMP sur ce dossier :

j

1°) La légalisation des squats est désastreuse pour la cohésion sociale du pays et pour la construction du destin commun.

En effet, elle est financée par des crédits jusqu’ici dédiés aux opérateurs de logement social et a donc entrainé une diminution drastique des mises en chantiers et des livraisons de nouveaux logements sociaux. Elle condamne donc les squatteurs, tous Kanak et Océaniens, à rester dans des ghettos à l’écart de la ville. Cette politique aggrave même ce phénomène de ghettoïsation, puisqu’elle incite de nouvelles populations à venir s’installer dans l’agglomération.

Au final, le RUMP a installé au sein de la population un profond sentiment d’injustice, en distinguant deux catégories de citoyens : d’un côté ceux qui respectent le droit de propriété et s’endettent pour construire en conformité avec le PUD et les normes de sécurité, d’hygiène et d’assainissement, et de l’autre ceux pour qui l’occupation de l’espace, résultat du fait accompli, vaut titre.

h

2°) Cette politique est désastreuse pour l’économie et l’emploi.

L’actuel exécutif provincial s’est fixé comme objectif d’engager 228 logements par an sur 2011/2015, alors qu’il en a été engagé 900 par an en moyenne sur 2006/2010.

Il y a deux ans, nous annoncions que cette division par 4 du nombre de chantiers allait « priver le secteur du BTP de 13 à 15 milliards CFP par an de chiffre d’affaires et menacer directement 1.000 à 2.000 emplois » (cf. notre communiqué du 03/11/2011).

Les faits nous donnent malheureusement raison puisque l’ISEE vient officiellement de constater que le secteur du BTP a perdu 1500 emplois en seulement 18 mois.

j

3°) Cette politique est désastreuse pour les ménages calédoniens

Nous maintenons notre autre prévision : en aggravant la pénurie de logements sur l’agglomération, cette politique va aussi entrainer une hausse des loyers et des prix de l’immobilier !

À voir aussi :

Rencontre citoyenne à Thio, mercredi 19 septembre 2018 à 18h

Le 4 novembre prochain, les Calédoniens devront répondre par « oui » ou par « non » à la q…