Accueil ACTUALITÉS SERAIT CE TROP DEMANDER AU GOUVERNEMENT QUE DE RESPECTER LES PROFESSIONNELS QUI BÂTISSENT LE PAYS ?

SERAIT CE TROP DEMANDER AU GOUVERNEMENT QUE DE RESPECTER LES PROFESSIONNELS QUI BÂTISSENT LE PAYS ?

Gouvernement

Communiqué du lundi 29 juillet 2013

Les entreprises du secteur de la menuiserie aluminium et PVC, qui totalisent environ 5 milliards de chiffre d’affaires et 400 emplois directs, subissent la concurrence déloyale de produits de mauvaise qualité importés d’Asie. Elles ont donc demandé au gouvernement, comme le permet la réglementation, la mise en place d’une mesure d’interdiction d’importation de ces produits.

Cette demande a conduit la DAE à effectuer une analyse approfondie du secteur. Son rapport constate que ces entreprises se font « une réelle concurrence », qu’elles « font preuve de dynamisme », que, grâce aux compétences de leurs employés et à de nouveaux investissements, elles ont su obtenir d’importants gains de productivité et qu’elles « participent activement au développement économique du territoire ». La DAE reconnait également que les importations à bas prix « constitueraient une menace pour les productions locales, si elles tendaient à se développer ».

Sur cette base, le comité du commerce extérieur (COMEX), réuni le 16 mai 2013, a rendu un avis favorable à l’interdiction d’importation demandée par les producteurs, par 6 voix pour (dont celles des trois chambres consulaires et de l’UFC Que Choisir), 3 contre et 1 abstention.

Pourtant, le président du gouvernement n’a pris sur ce dossier strictement aucune position, malgré les relances des professionnels. Ce silence a conduit ces derniers à manifester bruyamment  devant le gouvernement, mardi 23 juillet, pour réclamer une décision conforme à la réglementation et à l’avis du COMEX.

Calédonie Ensemble soutient les professionnels dans cette démarche et déplore qu’il faille en arriver à des blocages pour obtenir que le gouvernement se prononce sur un dossier de sa responsabilité.

Le silence du gouvernement est d’autant plus choquant qu’il avait, au moment de son installation, déclaré son intention de poursuivre la réforme des protections de marché engagée par le gouvernement Gomès. Cette réforme devait reposer sur des « contrats de performance » passés avec les entreprises bénéficiaires des protections de marché, garantissant les contreparties en matière d’investissement, d’emploi, de qualité et de partage de la valeur ajoutée (salaires & prix). Mais deux ans plus tard, un seul contrat a été passé, sans d’ailleurs la moindre assise juridique, la réforme ayant été suspendue…

Après les manifestations de l’intersyndicale vie chère, des professionnels de santé, des surveillants d’internat, etc. nous avons aujourd’hui une nouvelle démonstration de l’incurie du gouvernement Martin – Lecren – Backès.

À voir aussi :

Le peuple calédonien solidaire des Catalans

( 18 août 2017 ) Un attentat terroriste meurtrier vient de frapper Barcelone faisant, selo…