Accueil ACTUALITÉS « DES RÉFORMES DE JUSTICE SOCIALE, OUI. LA SUPPRESSION DE L’INDEXATION, NON. »

« DES RÉFORMES DE JUSTICE SOCIALE, OUI. LA SUPPRESSION DE L’INDEXATION, NON. »

CE

Communiqué du 31 août 2013

l

Dans l’interview de Roch Wamytan que Les Nouvelles Calédoniennes ont publiée dans leur édition d’hier, le nouveau président du congrès s’est, comme il l’avait déjà fait tout au long de sa première présidence de l’institution, attaqué à l’indexation des rémunérations des fonctionnaires territoriaux et de l’Etat. « Trop d’argent arrive par les transferts métropolitains », a-t-il déclaré, et c’est là selon lui « une masse d’argent qui est mal répartie et nourrit ces profondes inégalités ». En proposant ainsi de niveler par le bas les revenus des Calédoniens et par la réduction des transferts financiers provenant de l’Etat, il nous fournit une bonne image de ce que serait selon lui la Nouvelle-Calédonie indépendante : un pays dont toute la population sera appauvrie.

Philippe Gomès et Sonia Lagarde souhaitent à cette occasion rappeler les engagements qu’ils avaient pris lors de la campagne électorale des législatives de juin 2012. Dans leurs brochures respectives, ils avaient en effet déclaré que, pour le maintien du pouvoir d’achat de tous les Calédoniens, ils s’opposeraient « à tout projet de dévaluation du franc CFP, de désindexation du salaire des fonctionnaires ou de nouvelle remise en cause de l’ITR ».

Nous ne partageons pas la vision de Roch Wamytan : on peut rendre la Nouvelle-Calédonie plus juste sans pour autant désindexer, et Calédonie Ensemble est d’ailleurs la première force de proposition du pays pour créer les conditions d’un renforcement du pouvoir d’achat et d’une plus juste répartition des richesses (loi anti-trust, minimum vieillesse, emplois d’avenir, etc.)

À voir aussi :

Le peuple calédonien solidaire des Catalans

( 18 août 2017 ) Un attentat terroriste meurtrier vient de frapper Barcelone faisant, selo…