Accueil RÉFLEXION Philippe Gomès présente sa proposition pour unir les non-indépendantistes dans le Nord

Philippe Gomès présente sa proposition pour unir les non-indépendantistes dans le Nord

congres

 

il y en a qui ont fait de l’union un fonds de commerce politique, ceux-là mêmes qui ont fait alliance avec l’UC et le Parti travailliste au cours des trois dernières années et qui, à la veille des élections, tentent de se refaire une virginité électorale en disant quinze fois « France », après avoir hissé le drapeau du FLNKS sur toutes les mairies, le premier objectif, c’est au lieu d’avoir deux élus au sein de la province Nord, si on s’unit, on pourra en avoir cinq ou six.

En clair, la conquête de nouveaux sièges au Congrès par le FLNKS en province Sud peut aboutir demain à ce qu’une majorité au Congrès et au gouvernement soit une majorité indépendantiste. Là, on a une responsabilité particulière. Nous, Calédonie ensemble, première formation politique du pays, (…) on se devait de prendre une initiative sur le sujet.

L’idée d’une liste d’union en province Nord, c’est pas seulement l’intérêt général de la province Nord, c’est aussi l’intérêt général de la sensibilité non-indépendantiste à l’échelle du pays, et empêcher les indépendantistes d’avoir une majorité au sein du Congrès de la Nouvelle-Calédonie.

Mais c’est pas à n’importe quelle condition, bien sûr. il est légitime que Gérard Poadja, qui était mon suppléant à l’occasion des élections législatives, qui a été pendant un an président du Congrès avant de se faire blackbouler par les membres de la coalition, soit tête de liste de cette union  en province Nord.

La répartition des places sur la liste doit être faite au prorata du poids électoral de chacun. il faut cette fois-ci qu’il y ait un engagement clair, public, solennel, aux termes duquel une fois élus, ils ne retourneront pas en 2014 refaire une coalition avec l’UC et le Parti travailliste.

Donc, voilà les trois conditions claires que nous avons posées pour cette liste d’union.

Mais je crois que  dans un certain contexte politique, on doit savoir dépasser les intérêts propres de son mouvement pour poursuivre l’intérêt général de la sensibilité non-indépendantiste et l’intérêt général du pays.

J’espère que dans les semaines, les mois qui viennent, on arrivera à concrétiser l’initiative que Calédonie ensemble vient de prendre.

À voir aussi :

LesEchos : En Nouvelle-Calédonie, le sort de l’usine de Vale en suspens

( 17 août 2017 ) Le devenir de l’usine métallurgique du géant brésilien ne tient plus qu’à…