Accueil ACTUALITÉS EN REJETANT LES « EMPLOIS D’AVENIR » , LE RUMP REFUSE LES AIDES DE L’ETAT EN FAVEUR DE L’INSERTION DES JEUNES

EN REJETANT LES « EMPLOIS D’AVENIR » , LE RUMP REFUSE LES AIDES DE L’ETAT EN FAVEUR DE L’INSERTION DES JEUNES

Emploi d'avenir

Communiqué du jeudi 23 janvier 2014

Fin 2012, l’Etat a engagé, en métropole et dans les DOM, un vaste programme visant à donner une première expérience professionnelle aux jeunes pas ou peu diplômés. D’ores et déjà, 100 000 jeunes de moins de 26 ans sont employés sous contrat « emploi d’avenir ».

Ce dispositif ne s’applique pas en Nouvelle-Calédonie, du fait de notre compétence en matière de législation du travail. Pourtant, le programme « emplois d’avenir » nous serait certainement très utile, car de trop nombreux jeunes sont, ces dernières années, sortis du système scolaire sans aucun diplôme, et car la crise qui touche notre économie depuis plusieurs mois a significativement augmenté le nombre de chômeurs. Selon les ratios retenus par l’Etat dans les DOM, environ 800 contrats pourraient être envisagés ici.

C’est pourquoi le député Philippe Gomès a plusieurs fois interpellé le gouvernement, afin qu’il apporte son aide à un dispositif local directement inspiré de celui mis en œuvre au plan national. A notre demande, le comité de signataires du 6 décembre 2012 a examiné cette question, et a acté le principe de voir l’Etat « participer au cofinancement des emplois d’avenir », après que ce nouveau type de contrats d’embauche ait été introduit dans notre code du travail.

Dans ce but, Calédonie Ensemble a déposé sur le bureau du congrès, le 13 mai 2013, une « proposition de loi du pays relative aux emplois d’avenir ».

Ce texte n’a été examiné qu’hier par le congrès. Il a été soutenu par les élus de Calédonie Ensemble, de l’UC et du PALIKA, mais il n’a pas été adopté, du fait de l’abstention des élus du RUMP et de l’Avenir Ensemble.

Il est pour le moins paradoxal de voir ces mouvements, prétendument si attachés aux aides de la métropole, rejeter ainsi un dispositif fortement aidé par l’Etat. Leur attitude ne s’explique que par une volonté de faire échec à un dispositif porté depuis l’origine par Calédonie Ensemble, sans aucun égard pour l’intérêt général.

À voir aussi :

Philippe Gomès : « J’ai demandé un rendez-vous au président de Vale-monde »

( 20 juillet 2017 ) En déplacement à Paris, le député Philippe Gomès a été reçu à Matignon…