Accueil FOCUS MÉDIA EMPLOIS D’AVENIR : RÈGLEMENT DE COMPTES POLITICIEN SUR LE DOS DE LA JEUNESSE CALÉDONIENNE

EMPLOIS D’AVENIR : RÈGLEMENT DE COMPTES POLITICIEN SUR LE DOS DE LA JEUNESSE CALÉDONIENNE

emplois d'avenir

Alors que l’on constate une inquiétante montée du chômage, Calédonie Ensemble a proposé d’étendre à la Nouvelle-Calédonie le dispositif des « emplois d’avenir », qui permet à des employeurs de recruter pour 1 à 3 ans des jeunes de moins de 26 ans sans emploi. A notre demande, le comité de signataires a examiné cette question, et a acté le principe de voir l’Etat « participer au cofinancement des emplois d’avenir », après que ce nouveau type de contrats d’embauche ait été introduit dans notre code du travail.

Au congrès, le RUMP a fait échec à cette extension, parce que « ces emplois d’avenir n’ont d’avenir que le nom et consistent simplement à offrir quelques contrats pour que des jeunes puissent travailler dans l’administration » (Pierre Brétégnier sur RRB, le 23 janvier 2013).

Or c’est totalement faux : les emplois d’avenir sont aussi ouverts aux entreprises privées, qui reçoivent une aide de l’Etat à hauteur de 35% de la rémunération brute versée au salarié. Lors de son récent entretien à Outre-mer 1ère, le président de la République s’est même déclaré favorable à une augmentation de cette participation de l’Etat.

La vraie raison de l’obstruction du RUMP est toute autre : peu importe que 800 jeunes restent sans emploi, l’important est de faire barrage aux propositions de Calédonie Ensemble.

À voir aussi :

Philippe Gomès : « J’ai demandé un rendez-vous au président de Vale-monde »

( 20 juillet 2017 ) En déplacement à Paris, le député Philippe Gomès a été reçu à Matignon…