Accueil VU SUR LE WEB LE DÉPUTÉ PHILIPPE GOMÈS SATISFAIT DE SA RENCONTRE AVEC JEAN-MARC AYRAULT

LE DÉPUTÉ PHILIPPE GOMÈS SATISFAIT DE SA RENCONTRE AVEC JEAN-MARC AYRAULT

NC 1ère

Les députés calédoniens Sonia Lagarde et Philippe Gomes ont rencontré ce jeudi le Premier ministre Jean-Marc Ayrault  à Matignon. Au programme des discussions: l’éventuelle radiation de 6 720 électeurs des listes électorales spéciales.

A quelques semaines des élections provinciales qui doivent se dérouler le 11 mai sur le Caillou, le sujet est brûlant. Peut-on envisager la radiation de plus de 6 000 personnes des listes électorales spéciales ? Le président indépendantiste du Congrès Roch Wamytan avait évoqué cette éventualité début février, une proposition vivement rejetée par le camp loyaliste.

Sur le territoire, le corps électoral est gelé aux électeurs majeurs arrivés en en Nouvelle-Calédonie avant le 9 novembre 1998 et à leur descendance. Pour pouvoir voter aux élections provinciales, il faut avoir séjourné au minimum 10 ans sur le Caillou.  Mais pour Roch Wamytan, les listes sont approximatives et devraient être révisées. Il s’en était ouvert auprès de Nouvelle-Calédonie 1ère

 

« On va s’engager dans cette révision de listes »

Ces déclarations inquiètent les loyalistes. A l’issue des élections provinciales, la majorité élue pourra organiser les référendums sur l’accession à l’indépendance de la Nouvelle-Calédonie.
Opposé à cette révision,  Philippe Gomès, le député UDI est ressorti satisfait de son entretien avec le Premier ministre. Jean-Marc Ayrault a notamment réaffirmé que le principe général de délimitation du corps électoral pour les élections provinciales ne serait pas modifié. « J’espère que maintenant, on va s’engager dans cette révision de listes de manière à ce que le scrutin puisse se dérouler de manière totalement sincère« .

 

Une mission de l’Onu loin de faire l’unanimité

Matignon a donné son accord à une mission de l’ONU pour superviser ces listes. Une décision peu appréciée par les anti-indépendantistes comme l’avait rappelé la députée Sonia Lagarde à l’Assemblée ce mardi. Et l’alternative ne séduit pas non plus Philippe Gomes, peu réceptif à une mission composée de « pays dont la tradition démocratique ne nous paraît pas établie« .

Source : NC 1ère

À voir aussi :

Les députés se divisent sur le déroulement de l’année de césure à l’université

( 14 décembre 2017 ) Source : Le Figaro En plein débat sur le projet de loi sur l’accès à …