Accueil VU SUR LE WEB L’ECHO DU LUNDI (5)

L’ECHO DU LUNDI (5)

Echo

Ma chère Elizabeth,

Petite forme ce matin non ? Votre chronique hebdomadaire n’avait pas le panache d’autrefois. Nous couvez-vous quelque chose ? Le vent électoral se lève, y-êtes-vous si sensible ? Prenez soin de vous, le lundi matin on a toujours besoin d’une petite pointe de colère pour se remettre du week-end. Votre chronique fait souvent l’affaire. Sachant que ce n’est pas la prestation de votre candidat Briault lors du débat télévisé de la semaine dernière qui pouvait vous soigner de votre mal, vous avez eu raison de ne pas l’évoquer. Je remarque, taquine, que sur ce point vous faites comme Monsieur Yanno : vous ne parlez point des sujets qui fâchent.

Cette semaine, c’est donc la mission du comité de décolonisation de l’ONU qui fait vos choux gras. Le président du congrès les ayant mandés à visiter notre bonne terre de Calédonie pour – si possible – mettre leur nez dans les listes électorales afin d’en exclure quelques malheureux citoyens trop fraichement débarqués. Et que ne nous dites-vous pas de ces mandataires des terres lointaines membres du comité des 24 : « ces petits pays [qui viennent] mettre le nez dans nos affaires » (chronique du 10/03/2014) Comme c’est vilain. Pourtant lorsque votre ami Harold Martin allait à New-York dégueuler sur les Calédoniens face à ce même comité, que disiez-vous alors ?

Elizabeth Nouar : «C’est ce nouveau climat qu’a voulu, aussi, traduire Harold Martin, quand il a directement mis en cause, devant l’assemblée générale de l’ONU, la campagne d’un parti non-signataire de l’Accord de Nouméa qui a, pour la première fois, remporté les deux postes de député au parlement français » (chronique du 15/10/2012)

Le climat d’alors vous semblait-il plus favorable pour qu’un de vos sponsors aille rapporter vos amertumes au siège du machin Onusien, justement devant les représentants de ces « petits pays » ? Du reste, j’aimerais vous dire que vous n’êtes pas très gentille avec le bilan de votre famille politique. Lorsque vous déclarez que l’ONU nous traite « comme si nous étions une république bananière », je vous rappelle que si nous ne sommes pas loin d’en être une c’est du fait des élus aux manettes de la Nouvelle-Calédonie depuis plusieurs années. Que voulez-vous, à force de s’acoquiner avec les indépendantistes les plus radicaux pour gérer le pays on en vient à faire l’admiration des représentants Papous. Le maître vient simplement féliciter le bon élève que vous êtes.

Et puis, pour vous dire une autre vérité, lorsque vous racontez que « L’ONU ne nous lâchera pas » et bien, on s’en fout un peu, nous autres Calédoniens, de ce que pense l’ONU. A fortiori lorsqu’il est représenté par le Sierra Leone, la Papouasie ou Fidji. D’ailleurs à propos de ce dernier, c’est étrange cette volonté que vous avez de défendre le régime Fidjien. Non seulement vous le définissez comme « un grand pays de la zone » (juste après l’avoir traité de « petit pays » une minute avant, mais bon, je n’en suis plus à compter toutes vos incohérences…) mais vous continuez à en vouloir à ceux qui condamnent le régime militaire du dictateur Fidjien car selon vous « Il n’est pas besoin de focaliser contre le représentant des Fidji » (chronique du 10/03/2014). Déjà l’année dernière vous disiez : « L’hostilité de Philippe Gomès à l’égard du commodore Bainimarama interpelle : pourquoi une telle détestation à l’encontre de ce chef d’État ?» (chronique du 24/06/2013)

Ben oui, c’est vrai ça pourquoi ? Puisque nous aussi nous sommes sur le chemin d’une république bananière, on va pas commencer à cracher sur nos consœurs. Elles peuvent nous apprendre des trucs. Il parait qu’elles sont très fortiches dans la réalisation de médias de propagande. Elizabeth, je vous sens poindre à ce sujet une petite touche d’admiration non-dévoilée…

Je ne reviendrai pas par contre sur vos petites manigances et celles du tandem Frogier-Wamytan visant à dramatiser la situation actuelle : « On peut penser et craindre que les indépendantistes n’en resteront pas là » (chronique du 10/03/2014), dites-vous. Ça vous plairait bien n’est-ce pas, une petite radicalisation ? Comme au bon vieux temps quoi. Surtout si les Onusiens sont aidés par «leur ami Roch Wamytan» Cet ami qui utilise son titre et ses prérogatives de président du congrès pour mener sa sale besogne. D’ailleurs, à ce propos, que nous disiez-vous il y a six mois sur l’élection de Roch Wamytan à la tête du congrès ? Rafraichissons-nous la mémoire :

Elizabeth Nouar : « Tout le monde a bien compris que la présence d’un indépendantiste au perchoir du boulevard Vauban, ce n’était pas la fin du monde » (chronique du 12/08/2013)

Vos prédictions politiques, Elizabeth, sont décidément à la hauteur de votre objectivité journalistique.

Par contre, ce matin, j’ai – une fois n’est pas coutume – été d’accord avec vous. Vous dites que beaucoup ont envie d’asperger certains de « goudron et des plumes ». Vous avez parfaitement raison. Et si vous le voulez bien, ces 23 et 30 mars prochains, on va commencer par vos amis. Mais rassurez-vous, ça sera pas la fin du monde.

A la semaine prochaine !

madame montravelMadame Montravel

Source : Calédosphere

À voir aussi :

Blocage du gouvernement : Les conséquences dramatiques pour le pays

( 23 octobre 2017 ) 24 heures avant la réunion du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie, c…