Accueil VU SUR LE WEB LA GROSSE ARNAQUE

LA GROSSE ARNAQUE

la grosse arnaque

Dans son magasin d’accessoires, le Rump n’a trouvé que Ligeard. À la tête d’une liste de bric et à peine de broc, et qui est à Pirelli ce qu’est un pneu réchappé, la candidate du Rump a pris l’option d’une communication décalée : la personnalisation. On ne voit qu’elle, on ne voit plus qu’elle, jusqu’à ne mettre en avant que son seul prénom, Cynthia. On ne vote pas pour le Rump, ni pour le FPU, ni pour le parti à Frogier, on vote pour Cynthia. Son affiche de campagne est sur ce point révélatrice, puisque son portrait s’étend en grand devant une poignée de colistiers, dont on a pris bien soin de ne pas inclure Harold Martin, apparaissant au second plan, comme inutiles et superfétatoires.

Cette stratégie se défend, elle montre que par tous les moyens Cynthia Ligeard cherche à prouver que le Rump a changé et s’est modernisé.
Cette stratégie se défend mais elle montre ses limites. D’abord si le Rump prend une tôle, elle en sera seule responsable. Ensuite, c’est un cache-misère. Pourquoi Ligeard se met-elle ainsi en avant ? Pour faire oublier que ses dix premiers colistiers sont des anciens pour la plupart, tous élus sortants, en particulier le 6ème de liste, notre bon Harold qui pèse comme un boulet sur la campagne du Rump.

Un cache-misère également pour tenter de faire oublier que derrière le minois de Cynthia Ligeard et ce slogan bêta « ensemble, nous pouvons », il n’y a rien. Le programme du Rump pour la province sud est d’une tristesse infinie et d’un vide abyssal. Rien en tous cas qui puisse mobiliser les électeurs en masse. On tente alors le coup avec ce visage à la Fantomette, en espérant que l’affaire marche.

Un cache-misère également, où plutôt un « cache Frogier ». Le président du Rump n’étant plus bancable, Ligeard a tenté un formidable tour de passe-passe en faisant croire que le Rump était passé à autre chose. Mais les références constantes à ce 3ème accord et le fait que Frogier ait obtenu le maintien de Martin sur la liste, montrent combien demeure grande l’influence du président du Rump sur le fonctionnement du parti. En clair : voter Ligeard, c’est voter Frogier.

Parce qu’il faut bien parler de quelque chose et meubler le temps, Ligeard lance des trucs comme cette « charte de l’élu ». Le Rump aurait fait signer à chacun de ses 50 colistiers, un document en dix points par lequel ils s’engagent en faveur de l’intérêt général, de la transparence et de la probité. Je serais curieux de savoir si Harold, deux fois mis en examen, a effectivement signé ce truc (ce qui serait cocasse et réduirait l’initiative à une grosse farce), et souhaiterais connaître le contenu de cette fameuse charte. Il faut dire qu’en matière de charte de l’honnêteté, le Rump en connaît un rayon puisqu’il avait proposé la même chose lors des provinciales de 2009. C’est marrant cette façon de penser qu’a le Rump de croire que nous n’avons pas de mémoire ! C’est peut-être ça, prendre les gens pour des imbéciles ?

Source : Captain cap, Calédosphère

À voir aussi :

Rentrée au palais Bourbon

( 24 juin 2017 ) Quelques jours après leur victoire aux élections législatives, Philippe G…