Accueil ACTUALITÉS Conseil politique de Calédonie Ensemble : Une belle réussite

Conseil politique de Calédonie Ensemble : Une belle réussite

conseil politique CE

Alexandre Nemebreux

Alexandre NEMEBREUX Maire de Sarraméa :

Un important travail de fond a été engagé pour changer les anciennes attitudes même si nous rencontrons encore quelques difficultés. Nous avons aussi engagé un gros travail dans la commune pour faire passer le message de CE pour plus d’égalité sociale ; les gens du FLNKS viennent même frapper jusqu’à ma porte pour de l’aide. Sarraméa avance maintenant.

Yasmina Metzdorf

Yasmina METZDORF, Maire de Poya :

Notre priorité est le logement, il y a un grand besoin de lotissement dans le Nord et, avec Gérard qui va faire du lobbying au niveau de la PN nous travaillons pour le développement, mais aussi avec la province Sud qui nous accompagne avec par exemple la Maison commune à Moindah financée à 100% par la PS

Gerard Poadja

Gérard POADJA :

j’ai été surpris d’être nommé à l’Institut Archéologique de la Nouvelle-Calédonie. Je suis en campagne en permanence pour convaincre mes concitoyens. La Nouvelle-Calédonie appartient à tous et il faut que nous poursuivions cette construction avec tous. On peut réussir demain.

 h

Andre-Jean LEOPOLD

Témoignage d’André-Jean LEOPOLD, membre du Gouvernement :

Membre du Gouvernement chargé de l’enseignement, mes priorités sont la mise en place du Service Civique Obligatoire (SCO) et d’un projet éducatif en phase avec la réussite et l’épanouissement de notre jeunesse.

h

Thierry Cornaille

Témoignage de Thierry CORNAILLE, membre du Gouvernement :

Cette nouvelle mission au Gouvernement me comble avec la responsabilité, entre autres, du logement et de l’OPT où un vaste programme de rénovation des services m’attend.

h

Dominique Mole

Témoignage de Dominique MOLE, 3ème vice-président de la province Sud :

Nous travaillons sur le budget de 2015 à partir d’éléments recueillis sur le terrain, je suis content et fier d’apporter mon expérience pour la construction du pays.

 h

Martine Lagneau

Témoignage de Martine LAGNEAU, 1ère vice-présidente de la province Sud :

2014 est l’année de tous les défis : Développement économique et social, prévoir la sortie du nickel et oeuvrer pour solidarité féminine.

h

Philippe Michel

L’actualité politique avec Philippe Michel :

1- Les suites de l’incident à l’usine du Sud :

Après 5 ans de laisser-aller, la province Sud remet la pression sur l’industriel :

Mise en demeure adressée à l’industriel, expertise d’INERIS, réactivation du Comité d’Information, de Concertation et de Surveillance (CISC) de l’usine du Sud, mise en ligne de toutes les décisions concernant toutes les ICPE de la province Sud et transparence afin d’impliquer davantage les citoyens.

2- Prony-Pernod :

Notre patrimoine minier a été bradé :

La dernière Assemblée de province de la mandature (Ligeard) a approuvé un PGA illégal attribuant le gisement Prony-Pernod à VALE/SLN avec un accord secret, le memorandum of understanding (MOU), à ce titre, lors de la campagne des provinciales, Calédonie Ensemble c’était engagé à revenir sur cette décision. Le 05 août dernier, l’assemblée de province a annulé le permis octroyé au tandem VALE/SLN, a mis en place une commission d’enquête sur l’attribution de Prony-Pernod et un comité de concertation et de surveillance de l’usine du Sud et gelé le gisement.

3- Comité des signataires :

Une préparation qui vire à la polémique :

La mission Christnacht/Merle annoncée par le Premier ministre et les demandes du FPU et de l’UCF de rééquilibrage de la mission avec une stigmatisation inutile de deux artisans de la paix, alors que celle-ci est une mission d’écoute et d’analyse. L’annonce par Tuyienon de l’éventuel boycott du Comité par l’UC.

Un comité des signataires important, qui devra être utile :

Une seule chose compte :

Le dialogue, mais aussi élaborer les méthodes et le calendrier des discussions sur la sortie de l’Accord de Nouméa, sur la stratégie minière et sur le corps électoral de sortie de l’ADN.

Le corps électoral de sortie de l’Accord de Nouméa :

Un corps électoral spécifique (encore un !), plus large que le corps électoral pour les élections provinciales ; ceux qui ont voté à la consultation sur l’ADN, le 8 novembre 1998, ou remplissait les conditions pour voter (résidence en NC depuis 1988), ceux qui ont eu, à un moment de leur vie, le statut civil coutumier (même si ce n’est plus le cas à la date de la consultation), ceux qui sont nés en Nouvelle-Calédonie et y ont eu, à un moment de leur vie, le centre de leurs intérêts matériels et moraux, ceux qui sont arrivés en Nouvelle-Calédonie au plus tard le 31 décembre 1994 et qui ont eu un résidence continue et les jeunes nés après le 1er janvier 1989 dont un des deux parents remplissait les conditions pour voter à la consultation sur l’ADN, en 1998. Le corps électoral de sortie de l’Accord de Nouméa sera plus large et permettra d’intégrer les 5000 calédoniens (kanak et non kanak) qui sont actuellement exclus du corps électoral des provinciales

Un avis du Conseil d’Etat qui pose le problème de l’inscription sur une liste spéciale : la loi impose aujourd’hui aux électeurs d’accomplir une formalité pour s’inscrire sur une liste spéciale !

Notre proposition :

Une inscription automatique sur la base de la liste pour la consultation de 1998, des électeurs de statut coutumier et des calédoniens nés en Nouvelle-Calédonie…

h

Philippe Germain

Conférence économique, sociale et fiscale (CESF), avec Philippe Germain :

La CESF a permis d’élaborer un calendrier de réformes afin d’alléger la pression fiscale sur les classes moyennes, de favoriser l’équité entre le capital et le revenu du travail, de pérenniser les régimes sociaux, de relancer la production de logements sociaux et le BTP, de créer un Fonds pour les générations futures, et de créer un Fonds d’épargne et d’investissement calédonien.

Ces réformes s’accompagneront de moyens de régulation économique : Publication des comptes sociaux des entreprises, mise en place de l’Autorité de la concurrence, intégration des contrats de performance dans les protections de marché, négociation des tarifs bancaires, rénovation du droit des assurances, schéma de l’énergie et du climat (tarif social, énergies renouvelables) et mise en place de la TGC (ex TGA) au 1er janvier 2016.

 h

Philippe Dunoyer

 Contrat de Gouvernance Solidaire, avec Philippe Dunoyer :

Pourquoi un Contrat de Gouvernance Solidaire a-t-il été conclu ? Malgré une large victoire CE n’a pas eu de majorité absolue pour CE loin devant le FPU (14700 voix) et l’UCF (13600voix). Près de 60% des Calédoniens se sont prononcés pour le maintien de la NC dans la France en soutenant les mouvements de sensibilité non indépendantiste (29 sièges au congrès (majorité à 28) : CE 15, 8 FPU, 6 UCF.

Les enjeux pour cette mandature sera la stabilité politique des institutions du pays dont la majorité est non indépendantiste, la mise en œuvre des réformes économiques, sociales, et fiscales attendues par nos populations, l’équilibre du budget de la province Sud et l’engagement d’un dialogue constructif entre les indépendantistes et l’Etat pour préparer la sortie de l’Accord de Nouméa.

Un partage des responsabilités institutionnelles et d’obligations mutuelles de solidarité : Calédonie Ensemble assume la présidence de la province Sud, ainsi que les 1ère et 3ème vice-présidences, la 2ème vice-présidence est confiée à l’UCF. Au gouvernement : 3 membres CE, 1 membre FPU et présidence, 1 pour l’UCF. Au Congrès, la présidence échoie à l’UCF, la 1ère VP et la présidence de la Commission Permanente est exercée par CE et enfin la constitution d’intergroupes d’élus au sein des institutions pour assurer la bonne exécution du CGS.

Le CGS n’est pas un renoncement mais permet de faire avancer les réformes de société avec une majorité stable tout en gardant nos valeurs et nos convictions.

h

Philippe Gomes

Analyse du scrutin provincial du 11 mai 2014, avec Philippe Gomès :

Les élections provinciales ont confirmé le leadership politique de Calédonie Ensemble. Sans équivalent depuis 1999, avec 25 000 voix en province Sud et 36,4% des suffrages exprimés, Calédonie Ensemble obtient le meilleur score depuis celui obtenu par le RPCR de jacques Lafleur en 1999 ; CE représente 44% de l’électorat non-indépendantiste. Sur l’ensemble de la Grande terre, CE a recueilli 27500 voix avec 16 sièges, par rapport aux élections provinciales de 2009, notre progression est considérable : + 11 200 voix, soit 75%. Dans les communes du grand Nouméa CE a été devant avec un meilleur score qu’aux municipales. A Nouméa, nous sommes arrivés en tête dans les quartiers sud. En province Nord, Une Province pour Tous a réalisé une très bonne progression avec 3 sièges contre 1 en 2009. Le FPU ne représente plus aujourd’hui que 14700 voix avec 8 sièges, une chute abyssale pour le Rump 19%, résultat de la rénovation de Frogier ! une catastrophe ! L’UCF 13600 voix avec 6 sièges et enfin l’UC 19700 voix 15 sièges au Congrès. Avec les dernières élections provinciales on constate donc, une nouvelle fois, la très grande stabilité du ratio 60/40 en faveur des non indépendantistes (29 sièges non indépendantistes et 25 sièges indépendantistes).

Une large victoire de Calédonie Ensemble qui se traduit par seulement 16 sièges. Avec le même score, on aurait fait 21 sièges en 2004 et 19 sièges en 2009. Le RUMP en 2009 avec 28% a obtenu 15 sièges, l’Avenir Ensemble avec 33% en 2004 a obtenu 19 sièges.

 

Sonia Lagarde

Sonia Lagarde présente les principales actions menées depuis son élection à la mairie de Nouméa :


Sur la sécurité, les services de la police municipale ont été réaffectés avec pour objectif une présence accrue sur le terrain et une meilleure coordination avec les services de la police nationale . La prise en main des services de la Mairie s’est faite avec un peu de difficulté avec certains « anciens » notamment lors de la restructuration des services. Le budget supplémentaire de 4,3 milliards de F.CFP a été voté permettant une réduction de la dette ; dans le cadre de sa politique du logement, la nouvelle majorité a également voté la suppression de la taxe communale d’aménagement (TCA) car non productive. Concernant la mise en place d’une démocratie participative, 5% du budget y sera consacré à la création de conseils de quartier. La Maison de la Famille sera déplacée à Rivière Salée pour plus de proximité avec les quartiers populaires. Le Conseil municipal a également acté la création de la Maison des associations, la réhabilitation du quartier de N’Du, la révision du projet Néobus pour revenir à plus de réalisme.
Sonia LAGARDE conclue :  » Ramener de la magie en ville pour la fin de l’année avec l’aide de la PS ; Nouméa l’endormie, est en voie de se réveiller « .

 

À voir aussi :

Philippe Gomès : « J’ai demandé un rendez-vous au président de Vale-monde »

( 20 juillet 2017 ) En déplacement à Paris, le député Philippe Gomès a été reçu à Matignon…