Accueil FOCUS MÉDIA Philippe Gomès : « On a le destin d’un peuple entre les mains »

Philippe Gomès : « On a le destin d’un peuple entre les mains »

PG detoureNC1ere

Philippe Gomès : En tant que première formation politique du pays, on a une responsabilité particulière. Cette responsabilité particulière, c’est les Calédoniens qui nous l’ont confiée, et on doit trouver un chemin pour sortir par le haut de l’Accord de Nouméa. Et ce chemin, on doit le trouver tous ensemble, y compris avec celles et ceux qui ont pas de sympathie particulière pour nous et je pense que Pierre Frogier, aujourd’hui, en fait partie. Moi, ce que je dis à Pierre, que je connais de très longue date, c’est qu’il faut qu’on arrive à retisser entre nous les fils du dialogue. Il faut pas jeter le bébé avec l’eau du bain, il faut pas attendre l’élection de 2017 et l’éventuel retour de Nicolas Sarkozy pour commencer à discuter. Nicolas Sarkozy avait, lui-même, dit que le processus calédonien devait être déconnecté des échéances nationales. Essayons de travailler entre nous d’abord, avec les indépendantistes ensuite. Et essayons de mettre de la bonne volonté dans notre démarche. On a le destin d’un peuple, aujourd’hui, entre les mains. ( RNC 1ère – 2 octobre 2014 )

À voir aussi :

LesEchos : En Nouvelle-Calédonie, le sort de l’usine de Vale en suspens

( 17 août 2017 ) Le devenir de l’usine métallurgique du géant brésilien ne tient plus qu’à…