Accueil ASSEMBLÉE NATIONALE Philippe Gomès : « La Nouvelle-Calédonie doit demeurer un sujet d’union nationale entre la droite et la gauche »

Philippe Gomès : « La Nouvelle-Calédonie doit demeurer un sujet d’union nationale entre la droite et la gauche »

AN
( 1er octobre 2014) – Alors qu’il présidera dans deux jours le 12ème comité des signataires, le Premier ministre a été interpellé à l’assemblée nationale par Philippe Gomès afin que l’Etat s’engage à conserver son impartialité entre indépendantistes et non-indépendantistes.
f
Lors de la traditionnelle séance de questions au Gouvernement, le député de la Nouvelle-Calédonie a ainsi demandé à Manuel Valls de « s’engager devant la représentation nationale à ce que l’action du gouvernement (…) inscrive son chemin dans le cadre du travail effectué par [ses] prédécesseurs au cours des vingt-cinq dernières années, qu’ils soient de droite ou de gauche ». Rappelant l’enjeu particulier de la mandature – la dernière de l’accord de Nouméa – et le chemin parcouru depuis 1988, le leader de Calédonie Ensemble a insisté sur une des conditions de la réussite de ce dialogue : « que l’État reste impartial »
f
Philippe Gomès a également demandé au Premier ministre que le parlement soit associé « en amont au processus engagé dans le cadre de l’échéance de 2018 » et que ces groupes de travail soient constitués « de députés et de sénateurs de droite comme de gauche »
f
Dans sa réponse au député Gomès, le Premier ministre a fait part de sa volonté de voir l’Etat « demeurer neutre et impartial, à équidistance entre les indépendantistes et les non-indépendantistes » précisant que « comme vous, je pense que la Nouvelle-Calédonie ne doit pas être un enjeu de politique intérieure. Elle ne peut pas être un sujet d’affrontement entre la gauche et la droite ». Raison pour laquelle Manuel Valls a confirmé « que des parlementaires, députés et sénateurs, de la majorité et de l’opposition, seront étroitement associés aux travaux sur l’avenir institutionnel de la Nouvelle-Calédonie »
f
Une position qui répond aux attentes de Calédonie Ensemble. Celles-ci avaient été formulées dans son communiqué du 19 septembre dans lequel le mouvement défendait l’idée que « la Nouvelle-Calédonie ne doit plus être un enjeu de politique intérieure » et que le dialogue entre les trois partenaires de l’accord « doit associer le parlement de la République »
f
Pour visionner la question du député Gomès et la réponse du Premier ministre, cliquez sur la vidéo ci-dessous :

À voir aussi :

Tragique accident sur le Tour Cycliste de Nouvelle Calédonie, au col de la Pirogue

Depuis Paris où j’assiste actuellement aux travaux de l’Assemblée nationale, j’ai été info…