Accueil VU SUR LE WEB Prony-Pernod : La province met en ligne « l’accord occulte » original

Prony-Pernod : La province met en ligne « l’accord occulte » original

Prony pernod

Prony pernod

Suite au clash de ce matin causé par le départ précipité d’Alban Tremblier après ses accusations envers le président de la province sur la véracité des pièces, l’institution a mis en ligne le document original du M.O.U. Les Calédoniens peuvent juger sur pièce. Transparence.

Philippe Michel n’aura pas perdu de temps. Alors que ce matin, le conseiller mines de Cynthia Ligeard avait refusé de répondre aux questions des élus arguant que le Mémorandum Of Understanding liant la SPMSC et VALE-NC (diffusé aux membres de la commission et que Calédosphère s’était procuré) était un faux, le site de la province vient de mettre en ligne l’original du document (disponible ici en intégralité). Est consultable également en ligne la version donnée aux élus le 11 septembre dernier (disponible ici en intégralité). Or, aucun mot ne diffère entre les deux…

Une défense plus que médiocre

Pour essayer de se sortir de ce qui ressemble à un sacré guêpier, le conseiller de l’actuelle présidente du gouvernement avait, dès le 15 septembre, fait faire un constat d’huissier pour mettre en lumière une « falsification » de ce document jusque-là tenu secret [Rappelons que celui-ci prévoyait la rétrocession à VALE-NC d’avantages financiers retirés par la province suite à l’attribution des massifs de Prony et Pernod] Le rapport de l’agent assermenté (disponible ici en intégralité) observe ainsi trois différences sur lesquelles se basent Alban Tremblier pour justifier son refus d’être entendu :

1/ Les paraphes des signataires n’étaient pas présents en bas de page,
2/ Un tableau Excel est absent en page 16,
3/ La calligraphie des chiffres des pages n’est pas la même (!)

[NB : Notons qu’Alban Tremblier a payé 82.136 francs un huissier pour effectuer cet intéressant constat]

Ainsi, le conseiller de Cynthia Ligeard ne remet en cause aucun élément contenu dans ce dossier de 22 pages liant la SPMSC et VALE-NC, tablant seulement sur des différences picrocholines de mise en forme entre les deux – comme une sorte de « vice de forme » – pour étayer sa défense… Raison pour laquelle, non seulement Philippe Michel a décidé de diffuser la photocopie du document original (avec les paraphes et les signatures, ainsi qu’avec le tableau de la page 16) mais a aussi, cet après-midi, porter plainte contre Alban Tremblier. Les attaques de ce dernier relevant, à son sens, du délit de diffamation puisqu’il insinue que Philippe Michel aurait falsifié le contenu du M.O.U. Un second constat d’huissier, mandaté par la province, devrait être effectué pour valider le premier et, disons-le, enfoncer le clou dans une défense jugée pour le moins « médiocre » par certains élus.

La commission d’enquête finira au pénal

Désormais, les Calédoniens ont à disposition ce document original (que les industriels et la SPMSC n’ont jamais dénoncé) tout comme les membres de la commission d’enquête. Tout un chacun peut en prendre connaissance sur le site de la province. Mais une fois que chacun aura étudié ces pièces, qu’adviendra-t-il lors de la prochaine réunion de la commission d’enquête ? Tout laisse en effet à penser qu’en une semaine les élus se retrouveront dans la même position, face au membre du cabinet de l’ex-présidente Ligeard qui refuse de s’expliquer sur son rôle dans le dossier Prony-Pernod. Pour l’un des journalistes présent, s’exprimant devant ses confrères à la fin de la réunion :

Tout ça va finir au pénal alors il gagne du temps (…) Il est cuit le garçon et il le sait 

Philippe Blaise a lui très modérément accepté qu’Alban Tremblier quitte la commission sans répondre aux questions des élus (sur le protocole d’accord et sur le rôle du cabinet d’avocat parisien). Il en est par ailleurs le co-président et la semaine prochaine, l’élu de l’UCF présidera la commission d’enquête (puisqu’il s’agit d’une présidence tournante). Le conseiller de Cynthia Ligeard devra peut-être alors apporter mieux qu’un changement de calligraphie ou qu’une absence de paraphes en bas de page pour ne pas laisser penser qu’il continue à se « foutre de la gueule de la commission d’enquête ».

Source : Calédosphère

À voir aussi :

Nouvelle-Calédonie : L’État impose une baisse des tarifs bancaires

( 19 janvier 2017 ) Le haut-commissaire de la République en Nouvelle-Calédonie a décidé je…