Accueil ACTUALITÉS Face au revirement du FPU de Pierre Frogier : Calédonie Ensemble assumera toutes ses responsabilités

Face au revirement du FPU de Pierre Frogier : Calédonie Ensemble assumera toutes ses responsabilités

communique1

communique1

Non à la politique de la terre brûlée !

En mai dernier, malgré sa très large victoire aux élections provinciales (27 500 voix, contre 14 700 au FPU et 13 600 à l’UCF), Calédonie Ensemble a choisi, en responsabilité et dans l’intérêt général, et conformément aux engagements qu’il avait pris à l’égard des Calédoniens pendant la campagne, de proposer au FPU et à l’UCF un contrat de gouvernance solidaire.

Hier, cette belle initiative s’est fracassée sur la stratégie de la terre brûlée décidée par Pierre Frogier.

Un CGS mort-né sur la sortie de l’accord de Nouméa

Ce CGS avait pour buts d’ouvrir, avec les indépendantistes et l’Etat, les discussions sur l’avenir institutionnel du pays, et de mettre en œuvre les mesures économiques et fiscales, indispensables pour éviter la cessation de paiement de la Nouvelle-Calédonie et des régimes sociaux.

Sur le premier point, il était apparu très rapidement qu’il n’y avait rien à espérer du FPU concernant les discussions sur l’avenir institutionnel, puisque Pierre Frogier a fait la démonstration, lors du dernier comité des signataires, qu’il refusait tout débat sur la sortie de l’accord de Nouméa, dans l’attente d’un retour providentiel de Nicolas Sarkozy en 2017.

Aucune des initiatives prises depuis lors (création de missions transpartisanes à l’Assemblée nationale et au Sénat, élargissement du groupe d’experts Christnacht – Merle à des personnalités de droite telles que Benoît Lombrière ou Yves Dassonville, etc.) n’a trouvé grâce à ses yeux.

Des écuries d’Augias – celles laissées par la coalition RUMP/UC au pouvoir de 2011 à 2014 – à nettoyer sans le FPU

Sur le second point, le FPU s’était engagé à porter, avec nous, les réformes fiscales décidées en commun lors de la conférence économique et sociale du 21 août dernier, dont le

relevé de conclusions a été signé par son représentant Grégoire Bernut ainsi que par la présidente du gouvernement. Le FPU a ensuite voté les textes correspondants lorsqu’ils ont été adoptés par le gouvernement Ligeard.

Pourtant, lors de la séance publique du congrès, hier, le FPU a renié tous ses engagements.

Il a voté contre tous les textes présentés, malgré les appels à la responsabilité lancés par la présidente du gouvernement et malgré la déclaration publique commune de l’interpatronale et de l’intersyndicale des salariés, demandant le respect par le congrès des engagements pris lors de la conférence économique et sociale.

Face à un CGS devenu virtuel, Calédonie Ensemble se doit de prendre ses responsabilités

Ce revirement est totalement inacceptable de la part de ceux-là même qui ont plongé le pays et les comptes sociaux dans la situation catastrophique qui nous oblige à trouver d’urgence 10 milliards de recettes supplémentaires pour éviter la banqueroute. A une voix près, ces textes ont manqué d’être rejetés.

Cet épisode démontre qu’en réalité le FPU n’a jamais eu l’intention d’honorer les engagements qu’il a pris dans le cadre du CGS.

Aujourd’hui, sous l’autorité de Pierre Frogier, le FPU a délibérément décidé de tout faire pour que le pays aille au chaos politique, économique et social.

Il pratique une politique de la terre brûlée, qui consiste à faire payer aux Calédoniens la triple défaite subie lors des élections législatives, municipales et provinciales, pour avoir imposé le drapeau du FLNKS, conclu des alliances contre nature avec l’UC et le Parti Travailliste et plombé les comptes de la Nouvelle-Calédonie.

Nous ne pouvons accepter cette attitude qui porte atteinte à la paix sociale, compromet la reprise économique et menace l’avenir politique. Nous regrettons sincèrement que notre attitude constructive n’ait pu prospérer, car nous savons l’attachement des Calédoniens de sensibilité non indépendantiste à notre alliance pour une Nouvelle-Calédonie dans la France.

Dans le CGS, le partage des postes emportait partage des responsabilités. Le FPU a pris les postes, mais refuse d’endosser les responsabilités. Il n’avait, hélas, de volonté unitaire que son intitulé.

En conséquence, comme nous l’avions annoncé il y quelques jours, nous venons de démissionner du gouvernement.

Un nouveau gouvernement sera donc élu dans les 15 jours à venir, et Calédonie Ensemble entend y assumer pleinement toutes ses responsabilités, conformément à la volonté des Calédoniens qui s’est exprimée lors des provinciales de mai 2014. 

À voir aussi :

Siutita Sio-Lagadec : « le logement, 1ère des dignités »

( 3 décembre 2016 ) Très impliquée dans la mise en œuvre de la politique du logement, Siut…