Accueil ASSEMBLÉE NATIONALE Réfugiés climatiques : Un sommet pour faire entendre leurs voix

Réfugiés climatiques : Un sommet pour faire entendre leurs voix

communique

logo assemblée nationaleCOMMUNIQUE
Philippe Gomès
Député de Nouvelle-Calédonie

Le 17 novembre dernier, un dialogue à haut-niveau a réuni pour la première fois autour du Président de la République française, au siège du Secrétariat de la Communauté du Pacifique à Nouméa, plusieurs chefs d’État de gouvernements d’Océanie. Ce dialogue a donné lieu à un échange sans concession sur la question cruciale du changement climatique.

Cette initiative a permis de marquer résolument l’engagement de la France dans l’atténuation du dérèglement climatique et l’adaptation de nos sociétés à ces changements. Cette conférence a marqué une étape importante de la mobilisation de la région Pacifique dans la perspective de la 21ème Conférence des Parties à la Convention des Nations Unies sur les changements climatiques (COP 21/ conférence climat) à Paris en décembre 2015.

Les petits Etats insulaires du Pacifique ont, à cette occasion, pris l’engagement de soutenir massivement les ambitions de la France et de l’Union européenne pour ce prochain Sommet de Paris, événement majeur ou l’humanité a rendez-vous avec son avenir.

Cette solidarité de la Région Pacifique doit être reconnue. Elle doit être respectée et soutenue. C’est pour cela que je suis intervenu officiellement auprès du président de la république en décembre 2014 pour que la France consacre l’année prochaine, immédiatement avant la tenue de la COP 21, un Sommet France-Océanie à cette question majeure des changements climatiques et du cas particulier des territoires de notre région, victimes directes et exacerbées de ces dérèglements.

Après les sommets France-Océanie de Papeete en 2003, de Paris en 2006 et de Nouméa en 2009, l’organisation d’un 4ème sommet France-Océanie à la fin de l’année 2015 serait une marque considérable de l’attachement de la France à une région qui constitue le poumon de notre planète et sa plus vaste réserve halieutique. Les fils du dialogue politique entre la France et Pacifique seraient ainsi renoués de manière forte sur un sujet essentiel pour l’avenir de notre région et de la planète.

J’ai relancé ce sujet ce jour, 15 janvier 2015, en séance de l’assemblée nationale à l’occasion du débat  » énergie climat  » auprès du Ministre des affaires européennes Monsieur Harlem Désir qui a répondu très favorablement à cette initiative.

À voir aussi :

Réunion publique d’information à Bourail

( 22 mars 2017 ) Philippe Gomès : « Plus d’une centaine de Bouraillais à notre réuni…