Accueil VU SUR LE WEB Philippe Gomès : « Un échec majeur »

Philippe Gomès : « Un échec majeur »

koodji

( 6 mars 2015 ) Cette semaine, les commissions de révision des listes électorales se réunissent dans les mairies. Une session de révision différente de celles que nous avons connues par le passé en raison du fait que l’UC mène à nouveau son combat pour radier plusieurs milliers d’électeurs calédoniens des listes. Une actualité sur laquelle réagit Philippe Gomès.

Pour le député de la 2ème circonscription, qui s’exprime au micro de Koodji TV, cette affaire est un « échec majeur ». Comment comprendre, explique-t-il en effet, que quinze ans après la signature de l’accord de Nouméa, nous ne soyons toujours pas en mesure de dire qui peut ou non voter aux provinciales ? Et Philippe Gomès voit dans le traitement de cette affaire « un échec collectif ». Il dénonce cependant l’attitude de l’UC-FLNKS qui, à l’heure de la construction du destin commun, préfère mener un combat pour exclure et non pas pour rassembler. Et ce combat, Philippe Gomès le juge perdu d’avance. Il n’empêche qu’il voit dans cette affaire de radiation, un vrai danger pour la cohésion de la société calédonienne, pour la construction de ce « peuple calédonien » qu’il appelle de ses vœux et sur laquelle il fonde sa politique.

Pour Philippe Gomès, toutes les initiatives pouvant conduire à contrer cette offensive de l’UC-FLNKS doivent être prises en considération, néanmoins il annonce que c’est au congrès de la Nouvelle-Calédonie, mais aussi et surtout à l’Assemblée nationale où il entend « porter le fer », qu’il faudra agir. Philippe Gomès s’adresse également aux électeurs concernés par ces demandes de radiation, déclarant « comprendre la brûlure qu’ils ressentent à l’idée qu’on puisse leur retirer un droit qu’ils ont déjà exercé ». Et il précise que des mesures seront prises pour apporter aux électeurs concernés « une aide de proximité » afin de les soutenir dans les démarches qu’ils pourraient être amenés à entreprendre.

Bien évidemment, Philippe Gomès commente l’actualité liée à la crise institutionnelle. Au sujet des propositions formulées ces derniers jours par Pierre Frogier et Roch Wamytan, il déclare « ne pas les comprendre » ! Et il s’amuse de Pierre Frogier qui réclame un comité des signataires extraordinaire mais boycotte les comités des signataires ordinaires. Évoquant la collégialité et le consensus prônés désormais par Pierre Frogier, Philippe Gomès est plus critique au sujet du président du FPU dont il dit qu’en la matière, « il n’est pas un exemple en terme de respect de l’esprit de l’accord ». Quant à la proposition d’unité calédonienne avancée par Roch Wamytan, Philippe Gomès assure que si c’est un « joli concept », il faut d’abord que chaque camp trouve en lui ses équilibres.

Le leader de Calédonie Ensemble détaille ensuite ses propositions de réforme du mode de scrutin, en insistant sur le nécessaire respect du suffrage universel : « le scrutin proportionnel, dit-il, a ses vertus dès lors que le suffrage universel est respecté ».

Enfin, Philippe Gomès revient longuement sur la question de l’achat des armes et des munitions en Nouvelle-Calédonie. Pour lui, le décret ministériel du 4 février dernier, organisant la vente d’armes en Calédonie, est « une très mauvaise réponse ». Il y voit un décret technocratique qui ne prend pas en compte l’avis des élus calédoniens ni même la réalité calédonienne, « est-ce le nombre d’armes qu’il détient qui fait la dangerosité d’un homme ? », s’interroge-t-il.

Source : Koodji TV

À voir aussi :

LesEchos : En Nouvelle-Calédonie, le sort de l’usine de Vale en suspens

( 17 août 2017 ) Le devenir de l’usine métallurgique du géant brésilien ne tient plus qu’à…