Accueil VU SUR LE WEB Mise au point de Philippe Dunoyer

Mise au point de Philippe Dunoyer

PDunoyer

( 25 avril 2015 ) Philippe Dunoyer : « Je tiens à faire une mise au point suite au commentaire d’un élu UCF qui se demandait comment j’avais pu affirmer que Cynthia LIGEARD ( et avec elle le FPU et l’UCF ) n’avaient pas le monopole de la France alors qu’un communiqué CE affirmait selon lui que « ceux qui manifestent pour la France, donc contre l’indépendance, sont « stupides » ?
Pourquoi ces incohérences dans la parole politique ? » conclut-il.
Aucune incohérence dans ces déclarations si on a l’élémentaire honnêteté de pas trafiquer les termes utilisés.
Le communiqué CE dit, je cite, « Ces partis, qui ont toujours une pirogue de retard, souhaitent ainsi amener les débats de la fin de l’Accord de Nouméa dans la rue, quand l’évolution démocratique du pays, depuis trente ans, l’a conduite dans les urnes.
Calédonie Ensemble dénonce ce retour en arrière stupide. »
Aucune incohérence à mettre en garde sur les dangers du recours à la rue pour opposer les calédoniens les uns aux autres, alors que nous en sommes sortis depuis la fin des années 80, et continuer d’affirmer notre conviction que la Nouvelle-Calédonie doit rester française.
On peut ne pas être en accord. On peut critiquer les termes utilisés. Mais cela ne donne pas le droit de systèmatiquement choisir de déformer, détourner et instrumentaliser le moindre propos pour tenter de démontrer ce qui n’existe pas.
CE est une des trois formations loyalistes qui a préparé, rédigée, défendu et voté l’avis commun défavorable au projet de modification de la loi organique. CE est attaché à garantir l’égalité de traitement entre les électeurs pour le référendum comme nous sommes attachés au rétablissement de la justice électorale au profit de ceux qui sont menacés de perdre leur droit de vote aux provinciales.
Mais CE n’est pas là pour cultiver la haine, pour opposer les calédoniens les uns aux autres.
Nous sommes là pour construire un destin commun avec les calédoniens dans le respect des convictions de chacun.
Et ce destin commun passe selon nous par l’inscription d’office de tous les natifs du pays, quelle que soit leur communauté d’appartenance.
C’est le sens de notre message et la raison de notre participation à la manifestation.
C’est le corpus politique que l’on a toujours défendu et que l’on défend toujours.
L’amertume de la perte d’un fauteuil de président du gouvernement ne justifie pas l’utilisation d’un vocabulaire guerrier, l’appel à la rue et la consolidation de la séparation des blocs. »

À voir aussi :

Soirée de remerciements du comité des Îles

( 15 décembre 2017 ) Philippe Dunoyer : « A l’aube des fêtes de fin d’année, j’ai eu le pl…