Accueil ACTUALITÉS Philippe Gomès, député de la Nouvelle-Calédonie : « Un dialogue renouvelé entre la France et l’Océanie »

Philippe Gomès, député de la Nouvelle-Calédonie : « Un dialogue renouvelé entre la France et l’Océanie »

Philippe Gomes

( 10 juin 2015 ) Philippe Gomès, député de la Nouvelle-Calédonie : « Manuel Valls a annoncé lors du comité des signataires la tenue d’un sommet France – Océanie à la fin de l’année en amont de la COP 21, rencontre internationale sur les changements climatiques.

Je suis très heureux de cette décision pour laquelle je milite depuis plus d’un an.

J’en suis heureux d’abord parce qu’elle permet de renouer avec une tradition initiée par Jacques Chirac en 2003 lors du premier sommet France – Océanie qui s’était déroulé en Polynésie Française. Après celui de l’Elysée en 2006 et de Nouméa en 2009 plus aucun sommet ne s’était tenu… au moment même ou les puissances régionales ( Chine,Japon,Corée du sud…. ) investissent la zone pacifique comme jamais. C’est pourquoi il était indispensable que la France renoue les fils du dialogue avec les petits états insulaires du Pacifique. Ce 4ème sommet à l’Elysée y contribuera de manière forte.

J’en suis très heureux ensuite parce que le Pacifique est la sentinelle du monde en matière d’impacts liés au changement climatique. En clair ce qui se passe maintenant chez nous ( montée du niveau de la mer,réchauffement des eaux etc… ) se passera demain dans les autres pays. Donner un éclairage particulier à la zone pacifique qui connaît les premiers réfugiés climatiques de l’histoire à la veille de la COP 21, c’est inciter les pays du monde à prendre les engagements nécessaires pour que la température de notre planète n’augmente pas de plus de 2 degrés au cours du siècle.

Ce sommet constituera donc une occasion unique pour les collectivités françaises du pacifique de prendre toute leur place dans ce dialogue rénové entre la France et les États de notre région. »

Lettre du 11 mai 2015 adressé au Président de la république, François Hollande :

Monsieur le Président de la République,

Alors que vous aviez présidé à Nouméa le 17 novembre dernier une table ronde sur le changement climatique réunissant de nombreux chefs d’Etats et de gouvernements du Pacifique, j’avais porté à votre attention l’intérêt d’organiser à Paris le 4ème Sommet France Océanie à l’occasion de la prochaine conférence des parties à la Convention cadre des Nations unies sur le changement climatique.

Lors de ce déplacement, vous aviez appelé les petits Etats insulaires en développement à prendre toute leur place dans la mobilisation indispensable à la réussite du Sommet de Paris.

Nos partenaires d’Océanie ont entendu votre message.

Ils se mobilisent depuis avec beaucoup d’engagement. Ils portent sans relâche la parole de la France et de l’Union européenne dans notre région et au-delà du Pacifique, convaincus de l’impérieuse nécessité de parvenir à Paris, en décembre prochain, à l’adoption d’un instrument international contraignant et réaliste.

Dans cette perspective, nous avons accueilli à Nouméa du 28 au 30 avril dernier un sommet international réunissant 15 chefs de gouvernement, Ministres et représentants à haut-niveau des Etats et territoires insulaires du Pacifique, de l’Australie, de la France, de la Nouvelle-Zélande et de l’Union européenne. Les Etats et territoires présents y ont adopté la Déclaration de Lifou, formulant avec force et solennité leur volonté d’aboutir à la conclusion à Paris d’un accord ambitieux.

Monsieur le Président de la République, votre initiative à l’égard du Pacifique a porté ses fruits. Tous les pays de cette région se mobilisent et continueront de se mobiliser sans relâche tout au long de l’année.

Considérant le soutien inconditionnel qu’apportent les pays du Pacifique à la mobilisation française et européenne et compte tenu du très haut niveau de représentation annoncé de ces territoires à la COP 21, je demeure convaincu de l’importance d’organiser en marge de cet évènement sans précédent le 4ème sommet France Océanie.

Vous pourrez compter sur mon engagement sans faille dans la réussite d’un tel sommet si vous décidiez de l’organiser.

Espérant que vous réserverez une issue positive à notre proposition, je vous prie d’agréer, Monsieur le Président de la République, l’expression de ma très haute considération.

À voir aussi :

Philippe Gomès : « J’ai demandé un rendez-vous au président de Vale-monde »

( 20 juillet 2017 ) En déplacement à Paris, le député Philippe Gomès a été reçu à Matignon…