Accueil Province Sud Le Néocallitropsis sanctuarisé au PPRB

Le Néocallitropsis sanctuarisé au PPRB

plantes

( 22 juillet 2015 ) 1000 plants de Néocallitropsis Pancherii ont été mis en terre le 22 juillet au Parc Provincial de la Rivière Bleue. Une grande première pour cette espèce emblématique de la botanique calédonienne en voie de disparition.
Longtemps surexploité pour son huile essentielle (qui permet de fixer les parfums), le Néocallitropsis Pancherii ne survit aujourd’hui qu’en petits peuplements disparates. Les derniers specimen accessibles au grand public sont aux Chutes de la Madeleine. Les autres sont quasi inaccessibles, du côté de la vallée de la Kwé, de la Plaine des lacs, de la Montagne des Sources et de Tontouta. Le dernier peuplement au nord de la Grande Terre se situe sur le massif du Kopéto (Népoui). « Une population morcelée, éparse et en voie de disparition pour laquelle les sols ultramafiques du Parc de la Rivière Bleue se prêtent, explique Frédéric de Greslan, membre de la commission provinciale de l’Environnement. Dans le cadre de la Convention pour la conservation de la biodiversité (CCB) que la province Sud a passé avec VALE NC, nous avons donc organisé une opération de conservation ex situ avec la pépinière de l’industriel, qui étudie l’espèce depuis plus de 10 ans et qui maîtrise désormais la pousse de ces semences. »

Ce conifère pousse lentement. Individuellement protégés par des enclos, les plants aujourd’hui mis en terre sont âgés de 3 à 5 ans et mesurent de 20 à 50 centimètres. Installés tous les 4 mètres sur un hectare, ils créent un futur champ semencier. « Dans de longues années, une fois arrivés à mâturité sexuelle, ces arbres procuront des semences à nos petits-enfants qui pourront en planter à leur tour », détaille Joseph Manaute, le directeur du parc provincial.

Cette opération de plantation est une première pour une espèce rare et menacée. « Le Néocallitropsis Pancherii est l’une des plus rares de la Nouvelle-Calédonie. L’une des premières à avoir été protégées sur le territoire, notamment par une stricte interdiction de coupes », précise Stéphane Mac Coy, le responsable de la pépinière de VALE NC. D’autres plantations d’espèces endémiques devenues rares sont à venir grâce à la CCB, prochainement pour l’Araucaria Bergnerii et le chêne-gomme.

DE GRESLAN-2015-07-22 plantation vale PPRB revégétalisation A59.jpeg11742716_1139924056023373_5803819236807816679_n
11800098_1139924582689987_3956253660030222116_n

Source : Province Sud

À voir aussi :

La désindexation des fonctionnaires : Un désastre pour le pays !

  ( 23 mars 2017 ) Philippe Gomès : « Dans un rapport qui vient d’être rendu public, …