Accueil ACTUALITÉS Roulage, mines… quelques vérités

Roulage, mines… quelques vérités

c

Communiqué du lundi 3 août 2015

Est-ce que quelque chose empêche les mineurs calédoniens d’exporter vers l’Australie, à la société QNI, comme ils le font depuis 28 ans ?

Non. QNI propose de renouveler l’ensemble des contrats dans des conditions équivalentes de prix, de volume et de teneur. Le Gouvernement a déjà pris position et indiqué qu’il validerait ces exportations.

Des mineurs ont-ils déjà renouvelé leurs contrats avec l’Australie ?

Oui. Les sociétés SMT (groupe Ballande), NMC (groupe SMSP) ainsi que la société GEMINI, ont renouvelé leurs contrats en tout ou en partie. Ces demandes seront présentées très prochainement au Gouvernement pour validation.

Faut-il exporter vers la Chine ?

La Nouvelle-Calédonie doit optimiser la valorisation de ses ressources minières au bénéfice de tous. C’est dans cet objectif que le Comité des Signataires a souhaité que soit mise en place une instance dédiée, le groupe des Présidents et des Signataires de l’Accord de Nouméa.

Prendre position aujourd’hui sur cette destination, c’est présumer des choix qui doivent être faits dans le cadre de la réflexion engagée. La Chine entretient depuis plusieurs années une production massive de nickel pig iron (de basse qualité) qui est à l’origine du surcroît de nickel métal sur le marché. Exporter vers cette destination pose de vraies questions qu’il faut envisager dans une perspective globale et cohérente, dans une stratégie « pays ».

Qu’avons-nous fait en 2013 en ce sens ?

En 2013, une délégation de la Nouvelle-Calédonie s’est rendue en Indonésie pour apporter son soutien à ce pays afin qu’il mette en place une interdiction d’exporter les minerais bruts de nickel… de façon à permettre une remontée des cours.

Est-ce que le schéma minier de 2009 préconise les exportations vers la Chine ?

Non. Le schéma minier préconise de maintenir les courants d’exportations vers les clients traditionnels de la Nouvelle-Calédonie, dont fait partie l’Australie.

Pourquoi les rouleurs manifestent-ils ?

Parce que le Syndicat des Exportateurs de Minerais leur a dit que les exportations de minerais vers Queensland Nickel ne seraient pas reconduites et qu’ils sont inquiets pour le maintien de leurs contrats.

Est-ce que le Gouvernement est ouvert à la discussion avec les mineurs et les rouleurs ?

Oui. Lors du Comité du Commerce Extérieur Minier le président du Gouvernement a proposé qu’un groupe de travail soit constitué entre le Syndicat des Exportateurs de Minerais et la DIMENC afin d’évaluer les modalités possibles de valorisation de certains minerais particuliers.

Le secteur du nickel fait face actuellement à une crise. Le partenaire Australien propose des reconductions de contrats qui permettent de maintenir des niveaux d’activités sécurisants. Il faut travailler dans l’ordre et garantir, en priorité, la pérennité des activités sur le terrain. La question de la Chine ne peut être traitée dans la précipitation et sous la pression. Dès lors qu’elle touche à la stratégie minière, elle doit être débattue dans l’instance appropriée comme l’ont souhaité les formations politiques au Comité des Signataires.

À voir aussi :

LesEchos : En Nouvelle-Calédonie, le sort de l’usine de Vale en suspens

( 17 août 2017 ) Le devenir de l’usine métallurgique du géant brésilien ne tient plus qu’à…