Accueil VU SUR LE WEB La Nouvelle-Calédonie est-elle en guerre contre le nickel ?

La Nouvelle-Calédonie est-elle en guerre contre le nickel ?

echos

( 6 août 2015 ) Guerre fratricide : L’extérieur était accusé de détruire l’emploi local, aujourd’hui un autre outremer en serait le sauveur.

Trop de temps immobile et paralysée, la Nouvelle-Calédonie connait une crise profonde, seule la mise en œuvre immédiate d’une stratégie communément réfléchie permettrait de la surmonter. Non seulement cette communauté de vue n’existe pas encore, mais des querelles corrompent la pensée : à Nouméa le diable du nickel a profité des derniers mois pour métastaser en politique. Dans les pays producteurs de ressources naturelles en crise, c’est une contagion classique : rompant avec le marché, la politique impose ses obsessions à l’industrie. À Nouméa, les désaccords s’incarnent en particulier sur les 51% de la SLN, les chantages qui aboutissent aux menaces de mort, les exportations de minerai brut en général et celles vers la Chine en particulier.

Cette dernière monomanie est particulièrement contradictoire. Il y a quelques mois, c’est l’extérieur – les exportations vers l’usine offshore calédonienne coréenne- qui était accusé de détruire l’emploi local (l’expérience démontre qu’il n’en est rien, bien au contraire), mais aujourd’hui un autre Outre-mer – d’indicibles traders chinois ou suisses et des usines offshore chinoises – deviendrait le sauveur des mineurs mais sans les revenus métallurgiques. Quelle logique justifie ces idées contraires ? Ces exportations vers la Chine n’ajouteraient-elles pas du surplus aux excès mondiaux ? Ne favoriseraient-elles pas une nouvelle baisse des prix ? N’annihilerait-il pas l’effort calédonien car aucun gain métallurgique ne reviendrait vers Nouméa ?

La tentation chinoise met en scène le conflit des rouleurs. Mais que dit l’audit global de la filière de ces sous-traitants ? Indiquera-t-il que les volumes de minerais exportés, et donc roulées, sont en hausse de 42% entre 2011 et 2014, en progression en 2015 ? Indiquera-t-il que les tonnes roulées sont payées à un prix fixe mais que les prix d’exportation de minerai vers la Chine sont variables et beaucoup moins élevés que les prix de l’an dernier ? Indiquera-t-il que la Chine construit une concurrence entre le minerai philippin et le minerai calédonien dans le but de jouer les prix à la baisse, et que cela fonctionnera ? Indiquera-t-il enfin avec transparence les enjeux financiers globaux, les déficits, les besoins de trésorerie ?

L’obsession chinoise concerne donc les mineurs et non pas leurs sous-traitants. Justement, que dit l’audit global de la filière exportation de minerai ? Produire plus, telle l’Arabie Saoudite qui augmente sa production et divise par plus de deux les prix du pétrole dans le but de marginaliser ses concurrents moins compétitifs est un comportement qui s’appuie sur une stratégie globale du Royaume et un coût de production ultra performant. Rien de tout cela n’existe dans le nickel calédonien, pourquoi produire encore plus pour gagner moins et sans revenu métallurgique ? Car l’obsession est une source d’erreurs, elle calcule qu’en contrepartie de l’exportation de minerai, il est reçu Y% de la valeur du métal au lieu d’un plus petit X% auparavant. Mais entre-temps le prix du métal s’est effondré – encore en baisse de 21% en dollars sur le trimestre-, et malgré l’évolution du taux de change euro/dollar, comparer en valeur Y% à X% devient un débat dérisoire et éloigné des réalités des marchés. En outre, s’accumulant avec d’autres origines, les importations chinoises de minerai calédonien ne fragiliseront-elles pas de nouveau les cours ? En effet, si de petites sociétés minières freinent leur production tels Deacon ou Mirabela en Australie, en 2015 Norilsk Nickel produira encore environ 265 000 tonnes de nickel métal livrées partiellement à Shanghai et en payant des dividendes ; la production canadienne restera une valeur sure ; du ferro-nickel sino-indonésien sortira d’usines construites en Indonésie ; les producteurs philippins seront ravis si El Nino leur permet d’exporter vers la Chine en sécurité jusqu’à la fin de l’année ; les stocks du LME (plus de 8 années de la production de SLN) seront toujours élevés en dépit de la montée en puissance de ceux du SHFE. L’obsession d’exportation de minerai n’est donc pas une stratégie de long terme,. N’aboutira-t-elle pas à une controverse encore plus aiguë dès que l’Y% deviendra Z% ? Z précédant la faillite ?

L’opportunité politique de long terme est d’œuvrer à l’apport d’une lumière dans une stratégie commune, adaptée aux conditions difficiles de marché et basée sur la métallurgie. À court terme, aider les entreprises en difficulté ne passe ni par l’ombre de la Chine ni par des affrontements qui portent toujours les risques illustrés par le tragique exemple de Marikana.

Ultimo, le Grand Homme eut-il dit « vers la Nouvelle-Calédonie compliquée, je volais avec des idées simples » ? Dilapidant son temps à chercher d’où l’on parlait, celle-ci n’écoutait plus ce qui lui était dit, la crise du nickel la fera-t-elle changer?

Source : Les Echos – Didier Julienne

À voir aussi :

LesEchos : En Nouvelle-Calédonie, le sort de l’usine de Vale en suspens

( 17 août 2017 ) Le devenir de l’usine métallurgique du géant brésilien ne tient plus qu’à…