Accueil ACTUALITÉS Sonia Backes proposée au Guiness de la désinformation

Sonia Backes proposée au Guiness de la désinformation

communique2

« Un mensonge peut faire le tour de la terre le temps que la vérité mette ses chaussures » disait Mark Twain.
Championne toute catégorie du mensonge Sonia Backes, invitée du JT du 4 octobre, nous en a délivré un florilège impressionnant ….

Mettons donc nos « chaussures »

  • Mensonge 1 : la situation économique

Ainsi en matière économique et sociale où elle annonce des pertes d’emploi et un climat de confiance qui, à l’en croire, « n’a jamais été aussi mauvais ». Ce sont des mensonges. L’ISEE relève ainsi une croissance de l’emploi de 1,2% en 2014 et souligne que « les créations nettes d’emploi (…) sont certes faibles, mais positives ». Pour sa part, l’IEOM précise, dans sa note conjoncturelle du 2ème trimestre 2015 que « le courant d’affaire est globalement jugé favorable dans les différents secteurs économiques sur le trimestre écoulé. Les entrepreneurs du BTP font globalement état d’une hausse du niveau d’activité ». Enfin, accuser Philippe Germain d’être responsable en 4 mois de ce que le Rump et la coalition n’ont pas fait en 4 ans de gouvernement relève d’une inscription d’office au « Guiness » de la désinformation.

  • Mensonge 2 : les subventions aux communes

Elle a accusé Calédonie Ensemble d’avoir coupé les subventions allouées par la province Sud à la ville de Nouméa en termes de sécurité. C’est un mensonge. Le niveau d’intervention budgétaire de l’institution provinciale à la mairie de Nouméa est resté élevé notamment au travers de la mise à disposition de 42 PPIC oeuvrant comme auxiliaires de sécurité à la police municipale de Nouméa.

  • Mensonge 3 : le conflit des contrôleurs aériens

Interrogée sur le conflit des contrôleurs aériens, elle a accusé le président du gouvernement Philippe Germain d’imprévision et de laisser pourrir les conflits. C’est un mensonge. Philippe Germain s’attache à réparer les grossières erreurs commises par le gouvernement Martin qui a autorisé les mutations de pas moins de 3 contrôleurs aériens sur 12 de Magenta à Tontouta au cours des dernières
années au motif que l’ensemble du trafic aérien aurait dû être déplacé à Tontouta en 2018… Et les mesures prises pour mettre un terme au problème posé visent à défaire ce qui avait été fait : les deux derniers contrôleurs mutés à Tontouta sont déplacés d’autorité à Magenta le temps que de nouveaux contrôleurs soient formés sur la plateforme de Magenta conformément aux règles très strictes applicables dans ce domaine d’activité.

  • Mensonge 4 : la TVA

En matière fiscale, Sonia Backes a accusé le gouvernement et « des lobbys » de tout faire pour retarder la mise en place de la TVA. C’est un mensonge. Le dossier fait l’objet d’une préparation minutieuse de façon à ce que ne se reproduise pas la pantalonnade à laquelle les Calédoniens ont assisté le 17 janvier 2014… En effet, il faut rappeler que le projet de loi du pays instaurant la TVA qu’elle avait présenté au congrès en sa qualité de membre du gouvernement en charge du budget, avait obtenu… ZÉRO voix pour (!) une première dans l’histoire des institutions calédoniennes !

  • Mensonge 5 : les finances publiques

Sonia Backes a même osé s’interroger sur l’état dans lequel se trouverait la Calédonie dans l’éventualité d’un retour au pouvoir des Républicains ! Ce dont les Calédoniens sont informés en revanche, car ils en paient les conséquences, c’est l’état dans lequel les Républicains et la coalition ont mis la Calédonie en quatre années de pouvoir : 10 milliards de déficit du budget propre de la Nouvelle-Calédonie, et des régimes sociaux manquant de 7 milliards en janvier 2015 pour assumer le paiement des différentes allocations (allocations familiales de solidarité, de logement, minimum vieillesse et retraite etc…). Que faisait Sonia Backes pendant tout ce temps : elle était chargée du budget et de la fiscalité…

La présente liste n’est pas exhaustive…

À voir aussi :

LesEchos : En Nouvelle-Calédonie, le sort de l’usine de Vale en suspens

( 17 août 2017 ) Le devenir de l’usine métallurgique du géant brésilien ne tient plus qu’à…