Accueil VU SUR LE WEB N’ajoutons pas de la confusion à la confusion

N’ajoutons pas de la confusion à la confusion

bourail

le conseil municipal de Bourail de ce mercredi 7 octobre à décidé qu’il fallait organiser une consultation de la population sur la question des drapeaux.

La question qui leur sera posée est : Êtes vous d’accord avec la levée officielle du drapeau kanak aux côtés des couleurs de la République au fronton de la Mairie de Bourail ?

A quoi bon dépenser 1,2 millions CFP puisque quelque soit le résultat il ne sera pas redescendu ?

Toute l’opposition a appelé Mme le Maire et son conseil à faire preuve de bon sens en évitant de raviver des tensions autour de la question des drapeaux à 3 ans d’échéances cruciales pour tous les calédoniens et dans un contexte politique de plus en plus rendu mais rien y a fait !

Intervention de Gyslène DAMBREVILLE, conseillère municipale de la commune de Bourail
Séance du Conseil municipal de Bourail du Mercredi 7 octobre 2015

Madame le Maire,
Chers collègues,

Si aujourd’hui je prends la parole solennellement devant vous c’est parce qu’à nouveau la question des deux drapeaux aux frontons des mairies vient animer nos débats. Il est prévu que nous nous prononcions sur votre souhait de consulter la population Bouraillaise sur le maintien du drapeau kanak aux côtés du drapeau tricolore et de celui de notre commune.

Je tiens tout d’abord à rappeler le positionnement toujours très clair et cohérent de Calédonie Ensemble, parti avec lequel je siège à la Province Sud et qui représente la première formation politique du pays depuis les dernières élections provinciales. Aujourd’hui si le drapeau kanak flotte sur les principales institutions du pays, c’est à la suite d’un vœu déposé au Congrès par Pierre Frogier, Harold Martin et Roch Wamytan en juillet 2010 et voté par les indépendantistes, le RUMP et l’Avenir Ensemble. A ce moment-là Calédonie Ensemble avait voté contre ! Pourquoi ? Parce que CE s’est toujours engagé à faire respecter les termes de l’accord de Nouméa qui prévoit (je cite) que « les signes identitaires du pays (nom, drapeau, devise, hymne, graphisme des billets de banque) doivent être recherchés en commun pour exprimer l’identité et le futur partagé entre tous ».

Pour cela il faut adopter une loi de pays à la majorité des 3/5ème au congrès.

C’est utile de le rappeler car ce qui s’est passé avec ce vœu est bien contraire à la lettre de l’accord de Nouméa et à son esprit. Tout comme ce qui s’est passé à Bourail le 8 août et je le déplore. Cependant, je regrette encore plus que vous n’ayez pas anticipé cette situation en soumettant directement la question au conseil municipal comme vous l’a demandé une de vos élus à l’occasion du dernier conseil. Cela vous aurait mis à l’abri d’un rapport de force sur un sujet très sensible et aurait évité les agitations qui ont suivi la levée du drapeau.

Aujourd’hui, soyons tous responsables, n’ajoutons pas plus de confusion à la confusion, ne ravivons pas encore plus les tensions et les peurs dans notre village. Il appartient au gouvernement de mettre en place la commission chargée de rechercher en commun un drapeau reconnu par tous tel que l’a annoncé le Président du gouvernement dans sa déclaration de politique générale.

Alors aujourd’hui, je vous demande instamment, Mme le maire, de bien vouloir réfléchir, de prendre toute la mesure de la responsabilité qui est la vôtre en qualité de premier magistrat de la commune, de réaliser que le temps de la campagne est révolu en évitant de jeter de l’huile sur le feu avec une consultation qui viendrait se rajouter à la confusion ambiante.

Que faire si le non l’emporte dans la consultation pour le maintien du drapeau alors qu’il est déjà hissé ?

Que ferez-vous si cet avis est ensuite entériné au conseil municipal ? Allez-vous baisser le drapeau kanak ?

Rentrer dans cette spirale de confusion est dangereuse, car le destin commun ne se construit pas en haut de deux mats en opposant les uns aux autres.
J’espère que vous tous, élus, choisirez la voie de la sagesse en rejetant la proposition de consultation de la population et en formulant un vœu du conseil municipal au Congrès du pays pour que soit réactivé cette recherche de drapeau commun en toute sérénité.
Je vous remercie de votre attention.

À voir aussi :

Réinventer la sortie de l’Accord de Nouméa : Pour un référendum d’avenir partagé au lieu d’un référendum d’avenir opposé

(14 décembre 2018) La réunion du 18ème comité des signataires a été l’occasion pour Calédo…