Accueil ACTUALITÉS Nickel : Le seul « axe » de Calédonie Ensemble, c’est celui de la défense de l’intérêt général

Nickel : Le seul « axe » de Calédonie Ensemble, c’est celui de la défense de l’intérêt général

communique2

Après la décision du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie, adoptée ce matin, de n’autoriser de nouvelles exportations de minerai brut vers la Chine qu’au seul groupe MKM, Calédonie Ensemble tient à rappeler un certain nombre de faits.

Tout d’abord, le congrès, lors de sa séance du 14 octobre dernier, a précisé que les demandes d’exportation n’étaient pas, « par principe », incompatibles avec le schéma, et demandé qu’elles soient inscrites à l’ordre du jour du gouvernement.

Cela a été fait.

Ensuite, il appartenait au gouvernement d’examiner chaque demande et de décider dans chaque cas si l’autorisation pouvait être délivrée au regard des critères énoncés à l’article R. 132-7 du code minier,

1 – le tonnage de produits miniers cédé ;
2 – la qualité chimique des produits miniers, et notamment la teneur en métal ;
3 – la provenance des produits miniers ;
4 – le type de contrat et la durée ;
5 – les principes économiques de la valorisation des produits miniers ;
6 – l’intérêt et les avantages pour le pétitionnaire et la Nouvelle-Calédonie d’une telle

C’est ce qui a été fait, et qui a abouti aux décisions prises ce 27 octobre par le gouvernement collégial.

Concernant ces demandes d’exportation, Calédonie Ensemble n’a pas varié d’attitude et a défendu – contrairement à d’autres – la même position dans toutes les instances au sein desquelles siège notre mouvement, qu’il s’agisse du CCEM (Comité du Commerce Extérieur Minier), du GTPS (Groupe de Travail des Présidents et des Signataires), du Congrès de la Nouvelle-Calédonie ou du gouvernement. Et nous n’avons pas « customisé » notre vision économique en fonction des intérêts de telle ou telle entreprise.

Laisser croire à l’existence d’un axe Calédonie Ensemble-Palika, pour dénoncer notre position, comme le font les Républicains, relève de l’ineptie la plus totale. Ce qui est sûr par contre, c’est que l’axe Républicains/UC – ex-coalition – s’est fracturé entre le congrès et le gouvernement. Et Calédonie Ensemble n’y est pour rien. Il leur faudra s’expliquer en famille, plutôt que d’essayer de faire porter la faute sur les autres…..

Car le vote intervenu ce matin montre que ceux qui se sont retrouvés au congrès pour réclamer du gouvernement qu’il autorise de nouvelles exportations, ne l’ont fait, ni pour les mêmes motifs, ni avec la même approche du dossier nickel. Il y a ceux qui veulent tout autoriser au nom de « la liberté du commerce », et ceux qui veulent examiner les autorisations au cas par cas, en fonction de la situation des entreprises et des sites miniers et de leurs difficultés.

Ces divergences de vues entre ceux qui ont voté ensemble au congrès se sont manifestées ce matin au gouvernement : alors que les Républicains ont voté en faveur de toutes les autorisations, l’UC a voté contre les demandes de la SLN et s’est abstenue sur celles formulées par les groupes Ballande et Montagnat.
Cela souligne que, contrairement à ce que les Républicains clament sur tous les toits, il n’y a pas de majorité pour créer une nouvelle filière d’exportation de minerai. Et c’est une bonne nouvelle pour notre pays.

Cela montre dans le même temps qu’il est urgent de débattre tous ensemble d’une stratégie nickel, a fortiori au moment ou l’industrie métallurgique du pays accumule 80 milliards de FCFP de perte. C’est ce que les Républicains devraient maintenant comprendre au lieu d’agiter des « axes » à tout crin…

Car le seul « axe » dans lequel Calédonie Ensemble se reconnaisse c’est celui de la défense de l’intérêt général de notre pays.

À voir aussi :

LesEchos : En Nouvelle-Calédonie, le sort de l’usine de Vale en suspens

( 17 août 2017 ) Le devenir de l’usine métallurgique du géant brésilien ne tient plus qu’à…