Accueil Province Sud La nouvelle dynamique dans le secteur de la condition féminine

La nouvelle dynamique dans le secteur de la condition féminine

conditon feminine

( 14 mars 2016 ) Nicole Robineau : « La nouvelle dynamique imprimée dans le secteur de la condition féminine de la province Sud se traduit de différentes façons : un Plan triennal d’action 2016/18, une nouvelle appellation pour l’ex Maison de la femme qui devient Mission à la condition féminine en raison de la volonté d’élargir le sujet et ce lieu aux hommes engagés en faveur de l’amélioration de la situation des Calédoniennes. Mais aussi une nouvelle et jeune directrice, Charlène Soerip, un rafraîchissement des locaux et de la signalétique, et de nouveaux documents ….couleur lagon.
L’espace, en bas de la cathédrale à Nouméa est convivial et ouvert à toutes et tous…arrêtez- vous pour des infos, des échanges, vos propositions, votre participation…l’équipe est à l’écoute. »

L’exécutif de la province Sud a annoncé le vendredi 4 mars, un plan d’action triennal en faveur à la condition féminine, fort et résolument novateur.
« La politique à la condition féminine nécessitait un sérieux toilettage et une véritable réorganisation à travers des lignes de forces et des outils novateurs. Il fallait lui redonner du souffle, de la cohérence. et mettre en place des actions de fond autour d’objectifs précis reposant sur des données actualisées, avec une organisation dynamique ». Le ton est d’emblée donné par le président de la province Sud, Philippe Michel.

2016-03-14 condition féminine 2 (1)

2014 – 2015 L’engagement des hommes aux côtés des femmes

La campagne du Ruban Blanc, initiée sur le territoire par la collectivité à l’occasion de la journée internationale contre la violence faite aux femmes dès le 25 novembre 2014 a permis aux hommes de la société civile et de la scène politique locale de s’engager auprès de femmes, et de d’interpeller les consciences du plus grand nombre

2015 – Une culture et une légitimité terrain avec le Ruban Bleu

« Durant toute l’année 2015 nous avons fait du terrain, en parcourant les villages et les tribus de la province à la rencontre des autorités locales , coutumières , et les associations de femmes. Ce sont ces échanges qui donnent désormais notre légitimité à présenter aujourd’hui cette stratégie et le plan d’actions qui l’accompagne » explique la première vice-présidente Martine Lagneau. L’objectif était d’évaluer l’action mise en œuvre depuis dix ans, les effets de la parité (ou non), l’efficacité des organismes dédiés, etc… cela afin de re-prioriser les besoins face à un contexte qui a bougé. « Nous avons questionné tout le monde sur les dispositifs mis en place, pas seulement les associations ou les acteurs reconnus mais également ceux que l’on pas l’habitude d’écouter, » poursuit Nicole Robineau, la présidente de la commission de la condition féminine de la province Sud. Le plan d’actions a donc été établi à partir de ces constats : isolement, manque de pertinence de projets parfois coûteux, manque d’actualisation de la documentation…etc.

Ces actions de terrain ont été complétées, hors territoire, auprès d’acteurs impliqués dans missions à la condition féminine métropolitaine.

2016-03-14 Condition féminine

2016 – 2018 Un plan triennal pour une organisation en profondeur

C’est donc d’une action en profondeur qu’il s’agit à commencer par la redéfinition des missions dédiées à l’ancienne Maison de la Femme, devenue « La Mission à la condition féminine ». Trois pôles accueilleront désormais le public. « Le pôle d’accueil qui informe, oriente, documente et décentralise les informations relatives au droit des femmes; le pôle famille et social qui fait le lien avec les dispositifs sociaux et ceux du logement ; et le pôle insertion et emploi , qui initie et conduit les partenariats institutionnels, associatifs, administratifs et privés dans le secteur du travail, et de la formation » explique Charlène Soerip, la nouvelle responsable de la Mission à la condition féminine.

Des mesures concrètes sont aussi en cours comme la formation des personnes relais dans les communes de brousse , la mise en place du téléphone grand danger et la demande de l’extension en Nouvelle-Calédonie de l’enquête nationale virage qui concernera la violence dans les rapports intra familiaux. Cette enquête permettra d’actualiser les données locales qui datent de 13 ans et qui constituera le socle d’appui indispensable à la mise en œuvre des nouvelles priorités du plan d’action triennal, lequel sera examiné prochainement en Assemblée de province.

Source : Province sud

À voir aussi :

Soirée de remerciements du comité des Îles

( 15 décembre 2017 ) Philippe Dunoyer : « A l’aube des fêtes de fin d’année, j’ai eu le pl…