Accueil VIDÉOS Eramet a vidé les caisses de la SLN : 100 milliards de francs CFP de dividendes distribués depuis 2012

Eramet a vidé les caisses de la SLN : 100 milliards de francs CFP de dividendes distribués depuis 2012

sln

( 13 mars 2016 ) Journaliste : On en vient au nickel. Vous êtes, Philippe Gomès, membre du conseil d’administration d’Eramet. À ce jour, l’action d’Eramet ne vaut pas grand chose en bourse. Est-ce que cela peut avoir de graves conséquences pour la SLN ?

Philippe Gomès : Le niveau de l’action d’Eramet n’aura aucune conséquence sur la SLN. Ce qui a des conséquences importantes sur la SLN, c’est le cours du nickel, aujourd’hui à 3,5 dollars la livre, il faut savoir que la SLN a un prix de revient à 6 dollars, donc, la SLN a perdu, cette année, une trentaine de milliards de francs CFP en 2015, pardon. En 2016, elle perdra la même chose, et en 2017 si le cours se maintient à ce niveau-là, aussi. Donc, conclusion : on traverse une période extrêmement difficile.

Journaliste : Il faut sauver la SLN ?

Philippe Gomès : La SLN aurait pu être sauvée, si on n’avait pas vidé ses caisses. Dans la SLN, il y avait 100 milliards de francs CFP qui ont été distribués, ces dernières années alors que la conjoncture s’était déjà retournée. Donc, c’est pas une erreur, c’est une faute et une faute grave qui met aujourd’hui l’entreprise dans une situation difficile. Donc, Eramet ne peut pas dire : quand les caisses sont pleines, on les vide, et quand elles sont vides, débrouillez-vous.

Journaliste : C’est vous qui avez été un ardent défenseur des 51 % dans le capital. Si on avait eu ces 51 %, aujourd’hui, avec la conjoncture nickel, on ne serait pas très bien.

Philippe Gomès : Si on avait eu ces 51 %, on n’aurait pas distribué les 100 milliards de francs CFP qu’il y avait dans les caisses. Calédonie Ensemble s’est opposé, dès 2012, à cette distribution. Et pourquoi nous y sommes-nous opposés ? Parce que nous disions, à l’époque, lorsque la période sera difficile, on sera bien contents d’avoir gardé de quoi pouvoir affronter cette période, ce qui n’a pas été le cas. Donc, non, au contraire, je crois qu’on aurait été en situation de responsabilité par rapport à cette entreprise, et on n’aurait pas distribué des fonds qui, aujourd’hui, nous font cruellement défaut. C’est pour ça que l’État doit intervenir, c’est pour ça que nous avons sollicité, avec Pierre Frogier d’ailleurs, dans une lettre commune adressée au mois de novembre dernier au président de la République, pour dire à l’État deux choses : vous avez une responsabilité particulière, vous êtes actionnaire d’Eramet à hauteur de 26 % et donc, vous devez permettre à l’entreprise de passer le cap difficile qui est aujourd’hui le sien, en alimentant les caisses d’Eramet ou les caisses de la SLN, ou celles de la STCPI, peu importent les modalités de mise en œuvre, mais vous devez aussi assurer la pérennité de l’entreprise à long-terme, c’est indispensable. Et, ça, c’est la construction de la nouvelle centrale.


Source : NC 1ère

À voir aussi :

Cérémonie émouvante à la mémoire de ce Grand Homme, Guyèdre Wamedjo

( 18 novembre 2017 ) Gérard Poadja : « Fervent défenseur de la citoyenneté. Mes remercieme…